New USMCA will replace NAFTA but did we surrender too much? Carol Hughes MP

0
24
Carol Hughes, MP
Carol Hughes, MP

Early last month I wrote that the NAFTA negotiations could result in a similar deal that sports a new name.  That happened over the last weekend and while there is a long way to go to ratify the United States, Mexico, Canada Accord, a deal is in place.  The results will be analyzed for months, but upon first glance it is clear that government negotiators surrendered more than they had hoped to in order to meet the deadline that was needed for the USMCA to be ratified before elections in the US and Mexico.

To be clear, this has been a very difficult process and although many Canadians may be relieved that a deal was reached, there were a lot of promises from the government that didn’t make it in.  Some analysts are suggesting that instead of getting a better deal, we seem to be getting a new name, but a worse deal.

Dairy and egg producers are among the biggest losers, but they are not alone in feeling disappointed. What began as negotiations that promised to defend dairy, poultry and egg farmers and to bring in new progressive measures such as a gender chapter, a chapter on the rights of Indigenous peoples, and stronger environmental protections, ended with all those items on the cutting room floor.

Instead, there are major concessions that will hurt dairy, poultry and egg farmers and producers which will restrict Canadians’ access to locally produced food and could put food safety at risk.  Now, Canadians will have to be more careful to ensure that the milk they are drinking is safe and doesn’t include additives like bovine growth hormones.  The deal also gave the US a major concession on our poultry and egg industry. We know that many farmers already feel undervalued by government policies and this deal will only add to that sentiment – with good reason.

Worse, the new deal failed to get any assurances that the US will lift aluminum and steel tariffs which could result in the loss of at least 6,000 jobs. While there is hope that this might be a pressure tactic to coerce Canada to ratify the deal, there is no guarantee of that and many people’s livelihoods hang in the balance.

The deal will make medication even more expensive because it extends the protection for biologic drugs from 8 to 10 years. That will only increase drugs costs for Canadians living with rheumatoid arthritis, Crohn’s and other chronic conditions. Ultimately, the deal will increase costs for public and private drug plans by tens of millions of dollars every year.

There are implications for intellectual property, copyright protection,  and the deal did nothing to remove the Buy American policy that many state and local governments employ.  This amounts to protectionism and it is difficult to see how leaving that measure intact amounts to ‘free trade’.

It is widely reported that Canada and Mexico took a do no harm approach to negotiations, but it also clear that concessions ruled the day.  There is great relief that the auto industry wasn’t impacted significantly as job losses in that sector could have been catastrophic. Despite that, we appear to have accepted a deal that leaves us worse off than the one we are replacing.

Office of Carol Hughes, MP |  Bureau de Carol Hughes, Députée Algoma – Manitoulin – Kapuskasing New Democratic Party | Nouveau Parti démocratique

*******************************************************************

Le nouvel AEUMC remplacera l’ALENA, mais les concessions que nous avons consenties sont-elles excessives?

Au début du mois dernier, j’ai écrit que les négociations de l’ALENA pourraient aboutir à une entente semblable, portant un nouveau nom. C’est ce qui s’est produit la fin de semaine dernière et bien qu’il reste un long chemin à parcourir avant de ratifier l’Accord États-Unis-Mexique-Canada, une entente a été conclue. Les résultats seront analysés pendant des mois, mais à première vue, il est évident que les négociateurs du gouvernement ont consenti plus de sacrifices qu’ils ne l’espéraient afin de respecter l’échéancier nécessaire à la ratification de l’AEUMC avant les élections qui se tiendront aux États Unis et au Mexique.

Soyons clairs : ce fut un processus très difficile et bien que de nombreux Canadiens sont soulagés qu’un accord ait été conclu, de nombreuses promesses du gouvernement ne s’y retrouvent pas. Selon certains analystes, il ne s’agit pas d’une meilleure entente. Il s’agit plutôt d’une entente pire, mais qui porte un nom différent.

Les producteurs de lait et d’œuf sont les plus grands perdants, mais ils ne sont pas les seuls à être déçus. Les négociations ont débuté avec des promesses concernant la défense des producteurs de lait, de volaille et d’œufs et l’introduction de nouvelles mesures progressistes, telles qu’un chapitre sur l’égalité des sexes, un chapitre sur les droits des peuples autochtones et des protections environnementales plus strictes, mais aucun de ces sujets ont été complétés.

Au lieu de cela, d’importantes concessions vont porter préjudice aux producteurs et aux producteurs de produits laitiers, de volaille et d’œufs, qui restreindront l’accès des Canadiens à des aliments produits localement et qui pourraient même compromettre la salubrité des aliments. Dorénavant, les Canadiens devront faire preuve de vigilance pour s’assurer que le lait qu’ils consomment est sûr et ne contient pas d’additifs comme des hormones de croissance bovines. L’entente a également permis aux États-Unis d’obtenir une concession majeure de la part de notre industrie de la volaille et des œufs. Nous savons que de nombreux agriculteurs sentent déjà que leur contribution est sous-estimée par les politiques gouvernementales; cette entente ne fera qu’exacerber ce sentiment, à juste titre d’ailleurs.

Pire encore, la nouvelle entente n’a pas permis au Canada d’obtenir l’assurance que les États-Unis allaient supprimer les droits de douane imposés sur l’acier et l’aluminium, ce qui pourrait se traduire par la perte d’au moins 6 000 emplois. On espère qu’il s’agissait d’un moyen de pression pour contraindre le Canada en vue de la ratification de l’entente, mais il n’y a aucune garantie à cet égard et le gagne-pain de nombreuses personnes est en jeu.

L’entente rendra les médicaments encore plus coûteux parce qu’elle fera passer de huit à dix ans la protection dont bénéficient les médicaments biologiques. Cela entraînera donc une augmentation des coûts pour les Canadiens atteints de polyarthrite rhumatoïde, de la maladie de Crohn et d’autres maladies chroniques. En fin de compte, l’entente fera augmenter de dizaines de millions de dollars chaque année les coûts pour les régimes d’assurance-médicaments publics et privés.

L’entente aura des répercussions sur la propriété intellectuelle et sur la protection du droit d’auteur. En outre, elle ne contient aucune mesure pour supprimer la politique d’achat aux États-Unis adopté par de nombreux gouvernements locaux et étatiques, ce qui équivaut à du protectionnisme. Il est difficile de comprendre comment le statu quo à cet égard représente du « libre échange ».

Il a été largement rapporté que le Canada et le Mexique ont adopté une approche ne causant aucun préjudice dans le cadre des négociations, mais il est également évident que de nombreuses concessions ont été consenties.  Ce fut un soulagement de constater que l’industrie automobile n’a pas été touchée de manière significative parce que des pertes d’emploi dans ce secteur auraient pu s’avérer catastrophiques. Malgré tout, nous semblons avoir accepté une entente pire que celle qu’elle remplace.

Office of Carol Hughes, MP |  Bureau de Carol Hughes, Députée Algoma – Manitoulin – Kapuskasing New Democratic Party | Nouveau Parti démocratique

 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here