Hughes joins residents from Kashechewan FN demanding relocation

0
Kashechewan evacuees arrive May 3rd, 2016. Photo courtesy of Marcus Grundt, Superior Image.

Ottawa – Kashechewan residents displaced by flooding of the Albany River were in Ottawa Monday to demand the government live up to its promise to relocate them.

“The time has come for the government to keep their promise and move this community to higher ground,” said Algoma-Manitoulin-Kapuskasing MP, Carol Hughes. “The arguments for this go well beyond economic and the yearly exercise is taking its toll on the community in many ways.”

The MP says the flooding in Kashechewan has been causing hardships since 2004 that challenge the community on a number of fronts.

“Water quality issues and waste water system problems, mold in housing and infrastructure, including the elementary school which closed this past autumn due to health concerns are just a few examples,” said Hughes.  “Over the years, there have been many promises from governments to relocated the community, but without funding they remain unkept.”

The MP also said that although the goodwill of the host communities goes a long way to making this experience bearable for those displaced, it’s no surprise that these evacuations are no holiday either.

“Lives are disrupted, children lose time at school, and it is particularly difficult for the elderly and those with mobility challenges,” said Hughes.  “The trauma related to these events is multiplied when there is no expectation that things will change any time soon.”

Hughes says what’s making this year’s state of emergency especially frustrating is that people in Kashechewan felt they were making progress on a relocation until very recently.

“The government claims it remains committed to its promised plan to move Kashechewan, but every year that money isn’t allocated, is another year of frustration for residents and observers who see little point in delaying the inevitable,” said Hughes.


HUGHES SE JOINT AUX RÉSIDENTS DE LA PN KASHECHEWAN QUI DEMANDENT LEUR RÉINSTALLATION

Ottawa – Les habitants de Kashechewan, déplacés par les inondations de la rivière Albany, étaient à Ottawa lundi pour demander au gouvernement de tenir sa promesse de les réinstaller.

« Le temps est venu pour le gouvernement de tenir sa promesse de déménager cette communauté », a déclaré Carol Hughes, députée d’Algoma-Manitoulin-Kapuskasing. « Les arguments en ce sens vont bien au-delà de l’économie et l’exercice annuel pèse lourdement sur la communauté de nombreuses manières. »

La députée Hughes a déclaré que les inondations à Kashechewan affectent la communauté depuis 2004 et lui cause plusieurs défis.

« Les problèmes de qualité de l’eau et du système d’égout, la moisissure dans les maisons et dans leurs infrastructures, y compris l’école primaire qui a fermé ses portes cet automne en raison de problèmes de santé, ne sont que quelques exemples », a déclaré Mme Hughes

« Au fil des ans, les gouvernements ont fait beaucoup de promesses, qui sont restées lettre morte, faute de financement.

La députée ajoute que la bonne volonté des communautés hôtes aide énormément à rendre l’expérience vécue par les personnes déplacées plus tolérable, mais il n’est pas étonnant que ces évacuations sont difficiles pour les sinistrés.

« Leurs vies sont perturbées et les enfants ratent l’école, sans compter que les personnes âgées et à mobilité réduite trouvent la situation particulièrement difficile », a dit Hughes. « D’ailleurs, le traumatisme causé est amplifié quand rien ne laisse présager une quelconque amélioration rapide. »

Elle ajoute que l’état d’urgence de cette année est encore plus difficile pour les membres de la première nation de Kashechewan et qu’ils ont raison d’être frustrés car ils étaient sous l’impression qu’on fessait du progrès pour déménager la communauté.

Le gouvernement prétend qu’il s’en tient à son plan de réinstaller la communauté de Kashechewan, mais, tous les ans, il néglige d’affecter les fonds. Il s’agit d’une autre année de frustration pour les résidents et les observateurs qui ne voient pas l’utilité de retarder l’inévitable a dit Hughes.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here