Long-term care and our seniors | Les soins de longue durée et nos aînés

0

Most anyone who knows me or reads this column can be certain that I truly appreciate the honour the people of Algoma-Manitoulin have shown in me by re-electing me as the MPP for this riding. As well I freely admit that this is without question the best job I’ve had in my lifetime. There are two main reasons for the joy I feel in fulfilling my duties as MPP. First is that it provides me unparalleled exceptional opportunities to meet and get to know so many wonderful people, professionally and personally. And second, each and every day is another opportunity to learn something new.

One of my most treasured relationships that I enjoy is with the many First Nations communities in Algoma-Manitoulin. Their sense of community, honour and respect for people, the environment and the natural elements has had a great impact on my outlook in life and my ability to appreciate the value of all people.

In particular I am astounded by the very high regard and respect than many Indigenous cultures have for their senior populations. While most people call older citizens seniors, Indigenous cultures tend to refer to them as Elders as an acknowledgement of deserved respect. Too often society fails to recognize the contributions, values, experience and wisdom that our older citizens bring to our world. On the other hand, overall, Indigenous cultures see their Elders as noble icons and carriers of valued knowledge and wisdom. Indigenous societies have tasked their Elders with teaching their youth the elements, traditions and values of the culture they most revere. This teaching begins in childhood and continues at deepening levels for a lifetime.

In the last while I have spent a lot of time hearing about and working on issues involving how we care for and regard the elderly in Ontario. To say the least, despite all of our good intentions, as a society our record is far from stellar. If you are not sure what I am referring to, just pick up a few recent papers or search of recent headlines online and you’ll see so many. There are reports such as scamming, fraud, neglect, and physical and mental abuse. It’s enough to make most of us just shake our heads and wonder how and why this happens.

In the last week of July, the results of the Public Inquiry into the Safety and Security of Residents in the Long-Term Care Homes System (aka the Wettlaufer inquiry) were released. The 1500 page report focussed on safety, security and systemic vulnerabilities in long-term care homes. The report made dozens of recommendations to improve the way we ensure that our vulnerable and elderly citizens are safe and well cared for.

Following the release of the report, Dr. Marilee Fullerton, the Minister of the newly formed Ministry of Long-Term Care, has promised that the Conservatives will spend the next year to develop a plan to address the issues and subsequent recommendations. However there was no commitment to a date to implement such plans nor any commitment. There was no mention of how many registered nurses and staff would be needed to provide the necessary care and security. There was no commitment from the government to address the identified needs. The only real commitment she made was to say they would table a study by next summer.

Readers of this column will recall the piece on political guarantees a couple of weeks ago. Well here is a good example of a hollow guarantee.

Many readers will recall that the NDP has been calling for the long-term care inquiry to be expanded into a second phase for quite some time. An inquiry is needed that would go beyond the mandated focus on what allowed these heinous acts to take place. A second part to the inquiry would examine conditions in seniors care — from nutrition to staffing complements, training and more — and how that significantly impacts residents each and every day. Such a push from the NDP is strikingly similar to Gillese’s recommendation 85, which calls for a study on staffing levels on each shift to be tabled in the legislature by July 31, 2020, and for funding to be increased to match its findings.

With the vulnerabilities identified by this inquiry, imagine how vulnerable seniors in care are to violence, or unintentional neglect. Of much greater importance is proper staffing and adequate funding protects our loved ones from resident-on-resident violence, from medication errors, and from falls.

Just this week Andrea Horwath was in Ottawa where she released government memos detailing changes by the Ford Conservatives. The memos from the Ministry of Health and Long-Term Care reveal that Ford is cancelling the High Wage Transition Fund, which helps pay for staff wages, and the Structural Compliance Premium fund, which helps keep long-term care homes up to modern standards. The two cuts amount to more than $34 million being ripped out of long-term care homes annually. Two funding streams for long-term care are being eliminated by Doug Ford, taking millions of dollars away from care homes — but even as those cuts threaten to make life even less safe, healthy and dignified for seniors in care, the Ford government is hiking the fees residents pay by about $500 a year.

Andrea said, “For any of us with a loved one in long-term care, we know underfunding has real consequences. It means our loved one doesn’t always get the help they need to brush their teeth and get dressed in the morning. It means they could ring a call bell to get help to make it to the washroom, but be left waiting until it’s too late. And it means there are fewer staff to prevent falls, or even violence in long-term care homes.”

It’s clear that we owe our parents and grandparents in care better than they’re getting today. Needless to say, the day to day lives of Ontario’s seniors on the whole would be so much safer, secure and more enjoyable if our province on the whole listened to these lessons Indigenous peoples have been sharing for centuries.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.


Long-term care and our seniors | Les soins de longue durée et nos aînés

La plupart des gens qui me connaissent ou qui lisent cet article peuvent être certains que j’apprécie sincèrement l’honneur que les habitants d’Algoma-Manitoulin m’ont montré en me réélisant député de cette circonscription. De plus, j’admets librement que c’est sans contredit le meilleur travail que j’ai eu de ma vie. La joie que je ressens dans l’exercice de mes fonctions de député repose sur deux raisons principales. Premièrement, cela me fournit des occasions exceptionnelles sans précédent de rencontrer et de faire la connaissance de tant de gens merveilleux, professionnellement et personnellement. Et deuxièmement, chaque jour est une autre occasion d’apprendre quelque chose de nouveau.

L’une de mes relations les plus précieuses que j’apprécie est avec les nombreuses communautés des Premières Nations d’Algoma-Manitoulin. Leur sens de la communauté, leur honneur et leur respect des personnes, de l’environnement et des éléments naturels ont eu un impact considérable sur ma façon de voir les choses et sur ma capacité à apprécier la valeur de chaque personne.

En particulier, je suis étonné par la très haute estime et le respect que de nombreuses cultures autochtones ont pour leurs personnes âgées. Bien que la plupart des gens considèrent les citoyens âgés comme de vieilles personnes, les cultures autochtones ont tendance à les appeler les aînés comme signe de respect. Trop souvent, la société ne reconnaît pas les contributions, les valeurs, l’expérience et la sagesse que nos citoyens âgés apportent à notre monde. D’autre part, dans l’ensemble, les cultures autochtones considèrent leurs aînés comme des icônes nobles et des porteurs de savoir et de sagesse précieux. Les sociétés autochtones ont chargé leurs aînés d’enseigner aux jeunes les éléments, les traditions et les valeurs de la culture qu’ils vénèrent le plus. Cet enseignement commence dans l’enfance et continue à s’approfondir tout au long de la vie.

Au cours des dernières années, j’ai passé beaucoup de temps à étudier et à travailler sur des questions relatives à la manière dont nous prenons soin des personnes âgées en Ontario. Pour le moins, malgré toutes nos bonnes intentions, notre société est loin d’avoir une réputation sans précédent. Si vous ne savez pas de quoi je parle, il suffit de consulter quelques articles récents ou de rechercher des titres récents en ligne et vous en verrez un grand nombre. Des cas d’abus, de fraude, de négligence et de maltraitance physique et mentale ont été rapportés. C’est suffisant pour que la plupart d’entre nous secouent la tête et se demandent comment et pourquoi cela se produit.

Au cours de la dernière semaine de juillet, les résultats de l’enquête publique sur la sécurité des résidents des réseaux de foyers de soins de longue durée (aussi appelée l’enquête Wettlaufer) ont été publiés. Le rapport de 1 500 pages portait sur la sécurité, la sûreté et les vulnérabilités systémiques dans les foyers de soins de longue durée. Le rapport contenait des dizaines de recommandations visant à améliorer la manière dont nous veillons à ce que nos citoyens vulnérables et âgés soient en sécurité et bien pris en charge.

Après la publication du rapport, Marilee Fullerton, ministre du nouveau ministère des Soins de longue durée, a promis que les conservateurs passeraient la prochaine année à élaborer un plan pour s’attaquer aux problèmes et aux recommandations. Cependant, aucun engagement n’a été pris quant à la date à laquelle ils vont mettre en œuvre de tels plans. Il n’a pas été question du nombre d’infirmières et d’employés autorisés nécessaires pour assurer les soins et la sécurité nécessaires. Le gouvernement n’a pris aucun engagement pour répondre aux besoins identifiés. Le seul véritable engagement qu’elle a pris est de dire qu’ils déposeraient une étude d’ici l’été prochain.

Les lecteurs de cette chronique se souviendront de l’article sur les garanties politiques d’il y a quelques semaines. Eh bien voici un bon exemple de garantie creuse.

Beaucoup de lecteurs se souviendront que le NPD demandait que l’enquête sur les soins de longue durée soit élargie à une deuxième phase depuis assez longtemps. Une enquête est nécessaire, elle irait au-delà de l’objectif prescrit sur ce qui a permis ces actes détestables. Une deuxième partie de l’enquête examinerait les conditions dans les soins aux personnes âgées – de la nutrition aux compléments en personnel, en passant par la formation, etc. – et leur incidence sur les résidents chaque jour. Un tel effort du NPD est étonnamment similaire à la recommandation 85 de Gillese, qui demande qu’une étude sur les effectifs de chaque équipe soit déposée à l’Assemblée législative avant le 31 juillet 2020 et que le financement soit augmenté pour correspondre à ses conclusions.

Avec les vulnérabilités identifiées par cette enquête, imaginez à quel point les personnes âgées prises en charge sont vulnérables à la violence ou à la négligence non intentionnelle. Un nombre de personnel adéquate et un financement adéquat protègent nos proches de la violence entre résidents, des erreurs de médication et des chutes.

Tout juste cette semaine, Andrea Horwath était à Ottawa où elle a publié des mémos du gouvernement détaillant les changements apportés par les conservateurs de Ford. Les mémos du ministère de la Santé et des Soins de longue durée révèlent que Ford annule le fonds de transition des salaires élevés, qui permet de payer les salaires du personnel, et le fonds de prime de conformité structurelle, qui permet de maintenir les foyers de soins de longue durée aux normes modernes. Les deux compressions représentent plus de 34 millions de dollars provenant des foyers de soins de longue durée. Doug Ford élimine deux sources de financement pour les soins de longue durée, privant ainsi des millions de dollars des foyers de soins – mais même si ces réductions menacent de rendre la vie encore moins sûre, saine et digne pour les personnes âgées, le gouvernement Ford prend de la vitesse les frais que les résidents paient environ 500 $ par an.

Andrea a déclaré: « Nous savons que le sous-financement a des conséquences réelles pour tous les êtres chers dont les soins sont de longue durée. Cela signifie que notre être cher ne reçoit pas toujours l’aide nécessaire pour se brosser les dents et s’habiller le matin. Cela signifie qu’ils peuvent faire sonner une cloche d’appel pour obtenir de l’aide afin de se rendre aux toilettes, mais attendre jusqu’à ce qu’il soit trop tard. Cela signifie également qu’il y a moins de personnel pour prévenir les chutes, voire la violence dans les foyers de soins de longue durée.

Il est clair que nous devons à nos parents et grands-parents pris en charge mieux qu’ils ne le sont aujourd’hui. Il va sans dire que la vie quotidienne des personnes âgées de l’Ontario dans son ensemble serait tellement plus sûre et plus agréable si notre province écoutait dans l’ensemble ces leçons que les peuples autochtones partagent depuis des siècles.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou si vous avez des questions sur toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here