How is it that access to good drinking water can be a problem anywhere in this province?

0

I would hazard a guess that, next to access to clean air, the need for water is the most important need people around the world have. It is of the most basic of all human needs – even above food. The average person, depending on their geographic, economic and other circumstances, requires between 20 to 50 litres of safe water each day for drinking, cooking, sanitation and just keeping themselves clean.

You would think that human access to water would be incredibly simple when you consider that 71 percent of Earth’s surface is covered in water. When you think about it, with only about one quarter of the world remaining as land, it’s amazing we have enough surface land to support a world population of 7.7 billion people. But even if we take the focus off of the global scale and look solely at the Province of Ontario, we have more than 250 000 lakes which, when combined, accounts for a full 20 percent of the entire world’s supply of fresh water. That’s amazing!

Over the years I’ve enjoyed several opportunities to fly in small private aircraft across Ontario’s Northern regions. Such planes fly at much lower levels than commercial passenger planes and give you an excellent view of what really is all around us. No matter how many times I have been on such flights I marvel at just how much water surrounds the communities of Algoma-Manitoulin. And don’t forget that this riding includes Manitoulin Island which is recognized as the largest freshwater island in the world. The bottom line – water is plentiful in Ontario – especially the North.

Taking all of the above into consideration, how is it that access to good drinking water can be a problem anywhere in this province? And yet, it is a huge problem that has lingered for decades right here at home. Sol Mamakwa, MPP for Kiiwetinoong, is the NDP critic for Indigenous Relations and Reconciliation. Mamakwa says that the Neskantaga First Nation in his Northern Ontario riding has been under a boil-water advisory since February 1, 1995. That’s over 20 years!  In fact, as of today, there are 13 First Nations communities in his riding alone with boil-water advisories. According to an article by Adrian Sutherland in the August 2, 2019 edition of the Huffington Post, “There are 50 boil water advisories in Indigenous communities.” And by the way, that list does not even include communities like Attawapiskat where even boiling the water could not make it safe.

Recently NDP leader Andrea Horwath completed a tour of Northern Ontario First Nations, meeting with many Indigenous leaders and community members. While there she said, “Imagine being part of an entire generation in your community – growing up as kids, maturing through adolescence, becoming adults, and entering parenthood yourself – all while never knowing what it’s like to drink the water from your tap.” This is indeed a reality for thousands of Indigenous families.

In Attawapiskat Andrea met with a woman named Jackie whose granddaughter was born with a severe heart defect. Thankfully her granddaughter is now home with a clean bill of health, but Jackie still lives with fear because of the water in her community. For Jackie, doing something as simple as bathing her granddaughter is dangerous because the water is so full of chemicals that it creates toxic fumes in the shower.

We live in one of the wealthiest regions of the world by comparison. So how can such a situation be allowed to exist? Consider for a moment how much emphasis the Ford Government put into pushing buck-a-beer campaign. Think of the priority that Ford made in changing Ontario’s liquor laws such as extending hours when alcohol can be ordered, allowing ‘happy hour’, and putting beer and wine into corner stores. Clearly Doug Ford makes accessing beer a much higher priority than making sure all Ontarians can access clean safe drinking water.

In March of this year, Sol Mamakwa’s Bill 76, the United Nations Declaration on the Rights of Indigenous Peoples Act (UNDRIP) passed second reading in the Legislature. If passed the bill would recognize and enshrine the basic fundamental human rights and freedoms of Indigenous peoples in law. This would improve the quality of life for Indigenous peoples by ensuring access to basic services, like clean water, health care, education, and housing.

In concluding her trip to Northern Ontario Indigenous communities, Andrea Horwath said, “Reconciliation is not role-playing. It’s acknowledging the wrongs that were done through colonialism, and the wrongs that continue to be done, and it is taking concrete action to do much, much better.” Her advice to Doug Ford is to put aside politics and take immediate action to resolve the decades old problem of access to clean, potable water. “Ontario can and must fix the water in these communities immediately, and send the bill to Ottawa. Clean water is a basic human right, and if Ontario is serious about Reconciliation, then acting now to clean up the water is what Reconciliation looks like.”

Enough is enough. There is no more time for excuses. Thousands of people, including young children, are being deprived of a basic human right. It’s past time to end the political posturing. ALL people need water to live, grow and thrive.  Let’s get the job done now and get it done right.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.


 

Comment se fait-il que l’accès à une eau potable de qualité puisse être un problème partout dans la province?

Je suppose qu’en plus de l’accès à l’air pur, le besoin d’eau est le plus important qui soit. C’est le besoin le plus fondamental de tous les humains – même au-dessus de la nourriture. Une personne normale, en fonction de sa situation géographique, économique ou autre, a besoin de 20 à 50 litres d’eau par jour pour boire, cuisiner, se laver et rester propre.

On pourrait penser que l’accès à l’eau serait incroyablement simple si on considère que 71% de la surface de la Terre est recouverte d’eau. Quand on y pense, avec seulement environ un quart de la planète restant sous forme de terres, il est étonnant de constater que nous avons suffisamment de terres en surface pour supporter une population mondiale de 7,7 milliards de personnes. Mais même si nous détourner l’attention de l’échelle mondiale pour ne regarder qu’a la province de l’Ontario, nous avons plus de 250 000 lacs, qui, combinés, représentent 20% de l’approvisionnement mondial en eau douce. C’est incroyable!

Au fil des ans, j’ai eu plusieurs occasions de voler à bord de petits avions privés dans les régions du nord de l’Ontario. Ces avions volent beaucoup plus bas que les avions commerciaux et vous donnent une excellente vue de ce qui nous entoure vraiment. Peu importe le nombre de fois où j’ai effectué de tels vols, je m’émerveille de la quantité d’eau qui entoure les communautés d’Algoma-Manitoulin. Et n’oubliez pas que cette circonscription comprend l’île Manitoulin, reconnue comme la plus grande île en eau douce au monde. L’eau est abondante en Ontario – particulièrement dans le nord.

Alors, comment se fait-il que l’accès à une eau de bonne qualité puisse être un problème nulle part dans la province? C’est un problème énorme qui dure depuis des décennies chez nous. Sol Mamakwa, député provincial de Kiiwetinoong, est le porte-parole du NPD en matière de relations autochtones et de réconciliation. Mamakwa dit que la Première nation de Neskantaga, dans sa circonscription du Nord de l’Ontario, es sous un avis de faire bouillir l’eau depuis le 1er février 1995. C’est plus de 20 ans! En fait, juste dans sa circonscription, 13 communautés autochtones ont actuellement reçu des avis d’ébullition de l’eau. Selon un article d’Adrian Sutherland dans l’édition du 2 août 2019 du Huffington Post, « Il y a 50 avis d’ébullition d’eau dans les communautés autochtones ». En passant, cette liste n’inclut même pas des communautés comme Attawapiskat où bouillir l’eau ne la rend même pas potable.

Récemment, la chef du NPD, Andrea Horwath, a effectué une tournée des Premières nations du nord de l’Ontario, où elle a rencontré de nombreux dirigeants autochtones et membres des communautés. Pendant son séjour, elle a déclaré: « Imaginez faire partie de toute une génération de votre communauté, grandir jusqu’à l’adolescence, devenir adulte et devenir parent, tout en ne sachant jamais ce que c’est que de boire de l’eau du robinet. C’est une réalité pour des milliers de familles autochtones.

À Attawapiskat, Andrea a rencontré une femme nommée Jackie, dont sa petite-fille était née avec une malformation cardiaque grave. Heureusement, sa petite-fille est maintenant à la maison avec un état de santé irréprochable, mais Jackie vit toujours dans la peur en raison de l’eau dans sa communauté. Pour Jackie, il est dangereux de laver sa petite fille, car l’eau est tellement pleine de produits chimiques qu’elle crée des émanations toxiques dans la douche.

Nous vivons dans l’une des régions les plus riches du monde en comparaison. Alors, comment une telle situation peut-elle exister? Considérez pour un instant à quel point le gouvernement Ford a mis l’accent sur la campagne des « bières à 1$ ». Pensez à la priorité accordée par Ford à la modification de la législation ontarienne sur l’alcool, par exemple prolonger les heures où il est possible de commander de l’alcool, autoriser le « happy hour » et permettre la bière et le vin dans les dépanneurs. Évidemment, Doug Ford accorde une importance beaucoup plus grande à l’accès de la bière que de s’assurer que tous les Ontariens et Ontariennes ont accès à de l’eau saine et potable.

En mars de cette année, le projet de loi 76 de Sol Mamakwa, la Loi sur la Déclaration des Nations Unies sur les droits des peuples autochtones, a été adopté en deuxième lecture par l’Assemblée législative. S’il est adopté, le projet de loi reconnaîtrait et consacrerait les droits fondamentaux et les libertés fondamentales des peuples autochtones. Cela améliorerait la qualité de vie des peuples autochtones en garantissant l’accès aux services de base, tels que l’eau potable, les soins de santé, l’éducation et le logement.

Andrea Horwath a conclu son voyage dans les communautés autochtones du nord de l’Ontario en disant: « La réconciliation n’est pas un jeu de rôle. C’est reconnaître les torts causés par le colonialisme et les torts qui continuent à être commis, et il faut prendre des mesures concrètes pour faire beaucoup, beaucoup mieux. » Son conseil à Doug Ford est de mettre de côté la politique et de prendre des mesures immédiates pour résoudre le problème d’accès à une eau propre et potable, vieux de plusieurs décennies. « L’Ontario peut et doit réparer immédiatement l’accès à l’eau dans ces communautés et envoyer la facture à Ottawa. L’eau potable est un droit humain fondamental, et si l’Ontario tient vraiment à la réconciliation, agir dès maintenant pour nettoyer l’eau est ce à quoi ressemble la réconciliation. »

Trop c’est trop. Il n’y a plus de temps pour des excuses. Des milliers de personnes, y compris de jeunes enfants, sont privées d’un droit fondamental. Il est grand temps de mettre fin aux prises de position politiques. TOUTES les personnes ont besoin d’eau pour vivre, grandir et se développer. Faisons le travail maintenant et faisons-le bien.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou si vous avez des questions sur toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here