Back to school… back to cuts | Retour à l’école … retour aux coupes

0
stock photo

For the life of me, I wasn’t able to initially figure out why I was hearing people singing, humming and even two or three bopping to the tune of the Happy Days show theme. You know the one with starring Richie Cunningham, the Fonz and all the others from Milwaukee. I mean, it’s not exactly on the TV show ratings radar anymore. Then, it dawned on me. Without exception all of the people I heard and saw doing this were parents of either youngsters in school or perhaps post secondary school.  I finally clued in when I heard a wife singing the famous song lyrics to her equally joyful husband:

Gonna cruise her round the town,
Show everybody what I’ve found
Rock’n’roll with all my friends
Hopin’ the school year (music) never ends.

Just a word of advice from the parent of two grown sons to all parents with children returning to school: If your children ask why you keep singing or humming that tune, be gentle in your response. Just tell them it is because you are so happy for THEM that they get to go back to school and enjoy being with their friends and taking on all the new challenges and opportunities. Tell them that you’re just cheering yourself up feeling the house is so empty and quiet now that summer has gone. Don’t say its because they are out of the house finally.

Naturally this temporary glee will eventually peter out, especially when Ontario parents come to grips with the state of affairs in Ontario’s education system. Once students are fully entrenched into the current academic year, the changes will begin to emerge. It’s kind of like buying a car from a dealer who says that the new model costs way less but it is exactly the same as the higher priced model. The driver isn’t really going to notice the difference until he goes to use one of the many features that has been removed as an “efficiency” by the company in order to save money.

When the students are back in school they are going to notice fairly quickly that Doug Ford has taken away guidance counsellors, music instructors and custodial staff. They are losing caring adult guidance, losing course options, and even losing rooms. Some will even find that when they make their way around the school some classrooms are shuttered and padlocked. While the full extent of the lost positions has not yet been fully experienced by the students, here is one certainty: kids ARE returning to schools with fewer resources and less support.

A few days ago, Minister of Education Stephen Lecce tried to spin the impact of cuts on classrooms, calling concerns “exaggerated.” But he confirmed that this September is only the first of four years of cuts that will see thousands of teacher and education worker jobs cut.

With today’s global economy and competitiveness, we need to be opening more doors of opportunity for our students, not closing them in their faces. How is having fewer teachers in classrooms going to improve the quality of our student’s education? Students who are struggling to learn need more support in the classroom, not less.

I’ve said many times that one of the most essential skills that a politician must have is the ability to really listen to the People. Last spring students, parents, teachers, education workers and the NDP sent Doug Ford a message loud and clear saying that hiking class sizes is a really bad idea. It will have dire long-term consequences for Ontario students. Obviously Ford didn’t listen.

The Ford Conservatives have had a really rough first year in office. Ford’s popularity nosedived to a rating lower than Kathleen Wynne had at the end of her final term in office. Ford is some worried! At the eleventh hour, just 10 days before school started, Ford and Minister Lecce blinked and tried to soften the blow saying they were willing to revisit the class size plans. But, give me a break! Doug Ford is callously using our children as political pawns, thinking that they are pieces on a chess board for him to play with. He knows full well that the monumental task of redoing course offerings and student timetables for thousands of students at the last moment is absolutely impossible at this point. But the Conservatives were merely changing the messaging, not reversing or revising cuts. Class sizes are going up, thousands of teacher and education worker jobs are being cut, and Ontario’s schools are going to get worse instead of better.

Don’t forget Ford has quietly cut over $1 billion in public health, cutting 25 of 35 public health units in the province. These cuts have put school nutrition program in jeopardy. School nutrition programs help ensure children get the nourishment they need to concentrate and succeed in the classroom. These cuts not only mean more kids will go hungry, but it means more kids will have a harder time keeping up in the classroom.

Now, despite all of the issues that are plaguing our education system, I want to give a shout out to Barney Deforge of Barney’s Bargain Barn fame and all of the Homeland Mission volunteers who contributed to the Back-to-School give-away at the end of August. They are trying to counter the cuts to school nutrition programs and attacks on parents’ pocketbooks. According to Barney, over 560,000 pounds (254,000kg) of food and supplies were offered free to anyone who needed them. That represents over $2 million worth of food, school supplies and other goods. What was not given out at the event was packed up and sent off to neighbouring communities to share the bounty.

Not to sound like a broken record, but people like Barney Deforge and the countless workers and volunteers of Homeland Missions and other organizations represent what is best about Northern communities. My hat is off to them for making a difference in our children’s lives.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député
Algoma-Manitoulin


Retour à l’école … retour aux coupes

Je le jure, je ne comprenais pas au début pourquoi j’entendais des gens siffloter ou chanter le thème de l’émission Happy Days. Vous connaissez celui avec Richie Cunningham, le Fonz et tous les autres de Milwaukee. J’avoue que ce n’est plus vraiment sur le radar des émissions populaires. Mais, j’ai compris. Sans exception, toutes les personnes que j’ai entendues et vues chanter étaient les parents de jeunes élèves ou étudiants post-secondaire. J’ai finalement compris quand j’ai entendu une femme chanter les paroles de la célèbre chanson à son mari tout aussi joyeux:

Gonna cruise her round the town,
Show everybody what I’ve found
Rock’n’roll with all my friends
Hopin’ the school year (music) never ends.

Juste un conseil de la part d’un papa de deux garçons adultes à tous les parents d’enfants qui retournent à l’école: si vos enfants vous demandent pourquoi vous continuez de chanter ou de fredonner cette mélodie, soyez gentil dans votre réponse. Dites-leur simplement que c’est parce que vous êtes si heureux pour eux qu’ils puissent retourner à l’école et aimer être avec leurs amis et relever de nouveaux défis et possibilités. Dites-leur que vous vous contentez de vous sentir comme si la maison était si vide et si calme maintenant que l’été s’est écoulé. Ne dites pas que c’est parce qu’ils sont finalement sortis de la maison.

Naturellement, cette joie temporaire finira par s’égarer, en particulier lorsque les parents ontariens seront confrontés à la situation du système éducatif ontarien. Une fois que les étudiants seront pleinement intégrés à l’année scolaire en cours, les changements commenceront. C’est un peu comme acheter une voiture chez un concessionnaire qui dit que le nouveau modèle coûte beaucoup moins cher, mais qu’il correspond exactement au modèle plus cher. Le conducteur ne remarquera pas vraiment la différence avant d’utiliser l’une des nombreuses fonctionnalités supprimées par l’entreprise pour économiser de l’argent.

Lorsque les élèves seront de retour à l’école, ils remarqueront assez rapidement que Doug Ford a fait disparaître des conseillers en orientation, des professeurs de musique et du personnel de surveillance. Ils perdent les conseils d’un adulte attentionné, leurs options de cours et même des salles de classe. Certains verront même que, lorsqu’ils se déplaceront dans l’école, certaines salles de classe seront fermées et verrouillées. Bien que les étudiants n’aient pas encore pleinement expérimenté l’ampleur des positions perdues, il existe une certitude: les enfants retournent dans des écoles avec moins de ressources et moins de soutien.

Il y a quelques jours, le ministre de l’Éducation, Stephen Lecce, a tenté de minimiser les conséquences des coupures sur les salles de classe, qualifiant ces inquiétudes d ‘ « exagérées ».

Avec l’économie mondiale et la compétitivité d’aujourd’hui, nous devons ouvrir davantage de possibilités aux étudiants, et non en éliminer. Comment le fait d’avoir moins d’enseignants dans les classes va-t-il améliorer la qualité de l’éducation de nos élèves? Les élèves qui ont du mal à apprendre ont besoin de plus de soutien en classe, pas moins.

J’ai répété à maintes reprises qu’une des compétences les plus essentielles qu’un politicien doit posséder est la capacité d’écouter réellement les gens. Le printemps dernier, les élèves, les parents, les enseignants, les travailleurs de l’éducation et le NPD ont envoyé à Doug Ford un message fort et clair, affirmant qu’augmenter la taille des classes était une très mauvaise idée. Cela aura des conséquences désastreuses à long terme pour les étudiants ontariens. De toute évidence, Ford n’écoutait pas.

Les conservateurs de Ford ont eu une première année très difficile au pouvoir. La popularité de Ford a atteint un score inférieur à celui de Kathleen Wynne à la fin de son dernier mandat. Ford est inquiet! À la onzième heure, à peine 10 jours avant le début des cours, Ford et le ministre Lecce ont essayé d’atténuer le choc en disant qu’ils étaient prêts à revoir les plans de la taille des classes. Franchement! Doug Ford utilise avec insouciance nos enfants comme pions politiques, pensant que ce sont des pièces sur un échiquier avec lesquelles il peut jouer. Il sait que la tâche monumentale de refaire les offres de cours et les emplois du temps pour des milliers d’étudiants au dernier moment est absolument impossible à ce stade. Mais les conservateurs ne faisaient que modifier le message, et non pas annuler ou réviser les réductions. La taille des classes augmente, des milliers d’emplois d’enseignants et d’éducateurs sont supprimés et les écoles ontariennes vont se dégrader au lieu d’être améliorées.

N’oubliez pas que Ford a coupé discrètement plus d’un milliard de dollars en santé publique, soit 25 des 35 centres de santé publique de la province. Ces coupures ont mis en péril le programme de nutrition scolaire. Les programmes de nutrition en milieu scolaire aident les enfants à se nourrir pour se concentrer et réussir dans la classe. Ces coupures signifient non seulement que plus d’enfants auront faim, mais que plus d’enfants auront plus de difficulté à suivre le rythme de la classe.

Maintenant, malgré tous les problèmes qui sévissent dans notre système éducatif, je voudrais saluer Barney Deforge, de la renommée Barney’s Bargain Barn, ainsi que tous les bénévoles de Homeland Mission qui ont contribué à la campagne de retour à l’école à la fin d’août. Ils essaient de contrer les coupes dans les programmes de nutrition scolaire et les attaques sur les portefeuilles des parents. Selon Barney, plus de 560 000 livres (254 000 kg) de nourriture et de fournitures ont été offerts gratuitement à quiconque en avait besoin. Cela représente plus de 2 millions de dollars en vivres, fournitures scolaires et autres biens. Ce qui n’a pas été distribué à l’événement a été emballé et envoyé aux communautés voisines pour partager la prime.

Il faut parler plus souvent des personnes comme Barney Deforge et les innombrables travailleurs et bénévoles de Homeland Mission représentent ce qu’il y a de mieux dans les communautés du Nord. Bravo à eux d’avoir fait une différence dans la vie de nos enfants.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

 

Michael Mantha, député

Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here