Ontario families deserve better | Les familles ontariennes méritent mieux

0

A while ago I was bemoaning to my former teacher friend how exhausting my schedule has been this summer. But I also realized that travelling and attending meetings and events six days a week is really just a part of the job. My friend said immediately that he understood what I was saying because back when he was a teacher he sometimes would feel quite overwhelmed. That’s when he said with his sly smile, “Teaching would be a fantastic job if it were not for the kids.” Of course he was just trying to get a smile on my face – which he did.

As much as my friend was just kidding around, the truth is that there are lots of examples in life where people are doing jobs that they may not be the best candidate for. I was tossing a few silly examples around in my mind like the nurse who can’t stand the sight of blood when it hit me – politicians are not immune to such situations.

Call me an idealist if you want, but the way I see it, there are a pile of varying traits and skills that are advantageous for a politician to have. They have to be able to listen well and speak well, of course. They also need to have pretty thick skins as well as the ability to pick themselves up and move on. But to me, one of the most important traits they need to have is they need to genuinely care about people no matter who they are or where they are from. The last thing we need in this world are self-serving elected officials.

The People of Ontario need and deserve to be represented by a government that truly has their best interests of ordinary families at heart first and foremost. I’m not certain that is what the People of Ontario are getting what they bargained for.

One of the most glaring examples of not putting the needs of the people first is the long list of appointments made by Doug Ford to family, friends and party supporters. Just last February, Doug Ford appointed his close ally Jenni Byrne to an executive position with the Ontario Energy Board – a position for which she did not begin to meet the posted qualifications. This gravy train appointment saw Byrne bring home a tidy $197,000 salary – not bad for an underqualified worker. To be sure, being underqualified and being paid that much was not in the best interest of the People of Ontario. It was a self-serving move by Doug Ford to bolster his support. Now we learn that after just 8 months on the job, Byrne is quitting so that she can work for Conservative candidates in the upcoming federal election. She’s quitting with a very tidy sum in her purse only because provincial regulations prohibit order in council appointees from participating in partisan political activities. But with her padded purse she can do so comfortably.

How about the fiasco of appointing his long-time (over 20 years) friend and supporter Ron Taverner to be the head of the Ontario Provincial Police? Like Byrne, he too was unqualified for the position until Ford had the posted job requirements lowered to meet Taverner’s level. Can Ford honestly say that appointing a person to be the head of the entire OPP was in the best interest of the People of Ontario? Or was the move merely a self-serving way to bolster support for Ford and the Conservatives? Fortunately, enough whistles blew and red flags flew to embarrass Ford and he was forced to put a kibosh on that appointment.

The Conservative self-serving decision making is not limited only to patronage appointments. Consider Ford’s decision to challenge the Federal Government’s efforts to slow down climate change by encouraging Canadian corporations to take steps to reduce their carbon footprint. Saskatchewan took the Feds to court and lost as did Ontario. But Ford is determined to help out his federal counterpart. It’s wrong for Doug Ford to continue his losing legal battle against the carbon tax, and force Ontario families to foot the multi-million-dollar bill for his political stunt. He is blowing $30 million dollars to cover legal fees. He has forced all fuel retailers to post misleading, partisan anti-environmental stickers on every fuel pump in the province and threatened them with fines of $10,000 per day if they fail to display them. Worst of all, Doug Ford is dragging us backwards in the fight against the climate crisis — condemning us, our kids and our grandkids to see even more devastating fires, floods and tornadoes.

Now, just days ago, CBC reported that Doug Ford has, for a third time, attempted to punch holes in Ontario’s Greenbelt — this time, by holding secret, backroom meetings with a developer whose family members have donated more than $100,000 to the Conservative party. The thing is that Ontarians have made it clear that they do not want holes punched in our cherished Greenbelt.

The first time Doug Ford got caught soon after the last election promising developers he would open up a ‘big chunk’ of the Greenbelt, Ford said he would leave the Greenbelt alone. The second time Ford tried to break up the protected land, by sneaking legislation into his omnibus Bill 66 that would have scrapped environmental protections and handed over Greenbelt land to developers, the outrage of municipalities, environmental groups and the public pushed Ford to back down — publicly, at least. But he got caught again.

It now seems more than apparent that without constant supervision, Doug Ford will just keep cooking up backroom deals to mow down chunks of the Greenbelt for developers. Again I ask, how is selling off green-belts in the urbanized jungle of Southern Ontario in the best interest of Ontario families? It’s not. It’s in the best interest of investors, corporations and friends of Doug Ford who support the Conservatives.

It’s now very clear that Doug Ford never does the right thing until he gets caught. And that’s why New Democrats have taken the unprecedented move of creating new critic portfolios including an Ethics and Accountability portfolio headed by NDP MPP Taras Natyshak. The Ford Government has been mired in cronyism and scandal since they took office a year ago. And no matter how many times he’s been caught, the antics never end.

In her announcement Andrea Horwath said, “From Doug Ford’s cronyism appointment scandal, to the attempt to buy a pimped-out supervan for himself and hide the costs, to secret and sketchy meetings, it’s clear that a critic for Ethics is now a necessity in Ontario.” The Liberals were scandal-plagued — with the gas plants scandal and a bribery trial — but Doug Ford is quickly taking things to a whole new level of boldness.

Ontario families deserve so much better than a government that is mired in scandal after scandal, that declares war on the environment and puts our very future at risk. We need a government that is committed first and foremost to ensuring the prosperity and welfare of the People of Ontario.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at [email protected] or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député
Algoma-Manitoulin


Les familles ontariennes méritent mieux

Il y a quelque temps, je plaignais auprès de mon ami, qui était enseignant, à quel point mon emploi a été épuisant cet été. Mais j’ai aussi réalisé que voyager et assister à des réunions et à des événements six jours par semaine n’était en réalité qu’une partie du travail. Mon ami a dit tout de suite qu’il avait compris ce que je disais, parce que lorsqu’il était enseignant, il se sentait parfois très stressé. C’est à ce moment-là qu’il a dit avec son sourire malicieux: « Enseigner serait un travail fantastique si ce n’était des enfants. Bien sûr, il essayait juste de me faire sourire – ce qu’il a fait.

Bien que mon ami se moque de moi, la vérité est qu’il existe de nombreux exemples dans la vie de personnes occupant des emplois pour lesquels elles ne sont peut-être pas les meilleures. Je pensais à quelques exemples idiots, comme l’infirmière qui ne supporte pas la vue du sang.

Appelez-moi un idéaliste si vous voulez, mais à mon avis, il existe une pile de traits et de compétences variés qui sont avantageux pour un politicien. Ils doivent pouvoir bien écouter et bien parler, bien sûr. Ils doivent également avoir une carapace assez épaisse, ainsi que la capacité de se relever et d’aller de l’avant. Mais pour moi, l’un des traits les plus importants dont ils ont besoin est qu’ils doivent véritablement se préoccuper des gens, peu importe qui ils sont ou d’où ils viennent. La dernière chose dont nous avons besoin dans ce monde, ce sont des élus qui ne sont là que pour eux-mêmes.

La population de l’Ontario a besoin et mérite d’être représentée par un gouvernement qui a avant tout à cœur les intérêts des familles ordinaires. Je ne suis pas certain que c’est ce que la population de l’Ontario obtient pour ce qu’elle a négocié.

L’un des exemples les plus criants de ne pas accorder la priorité aux besoins de la population est la longue liste de nominations faites par Doug Ford à sa famille, à ses amis et à ses partisans. En février dernier, Doug Ford a nommé sa proche alliée Jenni Byrne à un poste de direction à la Commission de l’énergie de l’Ontario – un poste pour lequel elle ne possédait pas les qualifications demandées. Cette nomination a permis à Byrne de ramener à la maison un salaire de 197 000 $, ce qui n’était pas mauvais pour un travailleur sous-qualifié. Certes, être sous-qualifié et recevoir autant d’argent n’était pas dans l’intérêt supérieur de la population de l’Ontario. C’était une initiative égoïste de Doug Ford pour renforcer son contrôle. Nous apprenons maintenant qu’après seulement huit mois de travail, Byrne a démissionné pour pouvoir travailler pour les conservateurs aux prochaines élections fédérales. Elle a quitté son poste avec une très petite somme dans son sac seulement parce que la réglementation provinciale interdit aux personnes nommées par décret de participer à des activités politiques partisanes. Mais avec son sac à main bien rempli, elle peut le faire confortablement.

Que diriez-vous du fiasco de la nomination de son ami de longue date (plus de 20 ans), Ron Taverner, à la tête de la Police provinciale de l’Ontario? Comme Byrne, il n’était pas qualifié pour le poste jusqu’à ce que les exigences du poste affiché soient abaissées pour atteindre le niveau de Taverner. Ford peut-il dire en toute honnêteté que nommer son ami à la tête de l’ensemble de la Police provinciale était dans l’intérêt supérieur de la population de l’Ontario? Ou était-ce simplement une façon intéressée de renforcer le contrôle de Ford et des conservateurs? Heureusement, suffisamment de sifflets ont sonné et des drapeaux rouges ont gêné Ford et il a été obligé de mettre fin à cette nomination.

La prise de décision intéressée des conservateurs ne se limite pas aux favoritisme dans le processus des nominations. Envisagez la décision de Ford de contester les efforts du gouvernement fédéral visant à ralentir le changement climatique en encourageant les entreprises canadiennes à prendre des mesures pour réduire leur empreinte carbone. La Saskatchewan a poursuivi les fédéraux en justice et a perdu comme l’Ontario. Mais Ford est déterminé à aider son homologue fédéral. Doug Ford a tort de continuer sa bataille juridique contre la taxe sur le carbone et de forcer les familles ontariennes à payer le prix de plusieurs millions de dollars pour son coup politique. Il consacre 30 millions de dollars pour couvrir les frais juridiques. Il a forcé tous les détaillants de carburant à coller des autocollants anti-environnementaux, partisans et trompeurs sur chaque pompe à essence de la province et les a menacés d’une amende de 10 000 $ par jour s’ils ne les affichaient pas. Pire encore, Doug Ford nous tire en arrière dans la lutte contre la crise climatique – nous condamnant, ainsi que nos enfants et nos petits-enfants, à voir des incendies, des inondations et des tornades encore plus dévastatrices.

Il y a quelques jours à peine, Radio-Canada rapportait que Doug Ford tentait pour la troisième fois de percer la Ceinture de verdure de l’Ontario – cette fois-ci, en organisant des réunions secrètes avec un promoteur dont les membres de la famille avaient donné plus de 100 000 $ au Parti conservateur. Le fait est que les Ontariens et Ontariennes ont clairement fait savoir qu’ils ne souhaitaient pas que des trous soient percés dans notre chère Ceinture de verdure.

La première fois que Doug Ford s’est fait prendre peu de temps après la dernière élection en promettant aux développeurs qu’il ouvrirait un « gros morceau » de la Ceinture de verdure, Ford a annoncé qu’il laisserait la Ceinture de verdure tranquille. La deuxième fois, Ford a tenté de réduire les terres protégées en introduisant son projet de loi omnibus 66. Ce projet de loi aurait aboli les protections environnementales et cédé les terrains de la Ceinture de verdure aux promoteurs. L’indignation des municipalités, des groupes environnementaux et du public ont poussé Ford à reculer – publiquement, au moins. Mais il s’est encore fait prendre.

Il semble maintenant plus qu’apparent que sans une surveillance constante, Doug Ford continuera simplement à préparer des accords clandestins pour réduire au maximum les morceaux de la Ceinture de verdure destinés aux développeurs. Encore une fois, je demande comment la vente de la Ceinture dans la jungle urbanisée du sud de l’Ontario est dans l’intérêt supérieur des familles ontariennes. Ce ne l’est pas. C’est dans l’intérêt des investisseurs, des entreprises et des amis de Doug Ford qui appuient les conservateurs.

Il est maintenant très clair que Doug Ford ne fait jamais ce qui est juste avant de se faire prendre. C’est pourquoi les néo-démocrates ont pris l’initiative sans précédent de créer de nouveaux dossiers de porte-parole, notamment un dossier sur l’éthique et la responsabilité, dirigé par le député Taras Natyshak. Le gouvernement Ford est embourbé dans le copinage et le scandale depuis son entrée en fonction il y a un an. Et peu importe combien de fois il a été attrapé, les singeries ne finissent jamais.

Dans son communiqué, Andrea Horwath a déclaré: « Du scandale de nominations clientélistes de Doug Ford à la tentative d’acheter une super-fourgonnette et d’en cacher les coûts, à des réunions secrètes et sommaires, il est clair qu’un critique en matière d’éthique est désormais une nécessité pour l’Ontario. » Les libéraux étaient aux prises avec le scandale des usines de gaz et un procès pour corruption, mais Doug Ford amène rapidement les choses à un tout nouveau niveau d’audace.

Les familles ontariennes méritent tellement mieux qu’un gouvernement plongé dans un scandale après l’autre, qui déclare la guerre à l’environnement et met en péril notre avenir. Nous avons besoin d’un gouvernement qui s’engage avant tout à assurer la prospérité et le bien-être de la population de l’Ontario.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau à propos de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, député
Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here