It’s about the health, education and opportunities for our youth

0
Twilight Girl Summerfield Sunset Summer Woman

la version française suit

Readers of this weekly column well know the importance that New Democrats put on providing our youth with the best education, support, safety and opportunities that the people of this province can. Quite literally, our youth truly does represent the future of not only this province but of this world. That’s why I make visiting students from primary grades through to college a high priority. It also explains why I find wide ranging issues facing our youth so troubling. Ontario youth are under attack in terms of education, health, safety, training, finance and even the physical and mental wellbeing.

For example, I’m very concerned about funding cuts for public education which ultimately leads to problems at the bargaining table between the Ministry of Education, The Ontario Schoolboard Association and the various teachers unions. Teachers genuinely care about our children in every respect. They see firsthand what effects funding cuts have on the quality of education our youth is receiving. Thank goodness they are in a good, but unenviable positon of standing up to the Ford Government to speak up for our children. Mr. Ford knows that the right thing to do is reverse his deep and hurtful cuts to education. He has taken us to the very brink of a full-blown labour strike just because he is determined to plow ahead with his reckless money saving scheme to cram more kids into classrooms, force high schoolers to take mandatory classes online, rip course options away and take thousands of caring adults out of schools. We know students, parents and education workers don’t want this. The NDP is urging the premier to stop picking a fight with teachers, stop using our kids as pawns, and start bargaining in good faith.

Regular readers of this column will recall references to numerous similar education issues. Such references included reducing grace periods to begin student loan repayment, confusion and chaos regarding school curriculum issues, disrepair of school buildings, calling student unions – who see to the wellbeing and safety of postsecondary student bodies – as Marxist troublemakers and meddling with autonomous college and university fee structures. I can’t imagine the stress that all these issues and actions are raising for our youth.

Another major concern I have is for the health of our youth and the government’s reluctance to demonstrate any genuine effort to protect our children from harmful substances. Of course here I am referring to the issue of the effects of vaping on people’s health. In truth, science does not know a heck of a lot about the long-term effects of vaping. Without doubt, the government has a role to play “in loco parentis” as teachers well know is Latin for “in place of a parent.” All of us need to help to look out for our youth.

It is imperative that Ontario takes a precautionary approach when allowing things such as vaping products onto the market. Ontario is far behind other jurisdictions when it comes to protecting our youth from the predatory practices of the vaping industry, and it is time to catch up.

For this reason, MPP France Gélinas, NDP Health Critic France Gélinas has put forward the Vaping is not for Kids bill. This bill sets up firm obligations on the Ministry of Health to prevent Ontario youth from picking up vaping and becoming addicted to nicotine. It would prohibit the promotion of vaping products, regulate what flavours are available, set a maximum amount of nicotine per milliliter of e-fluid, restrict sales to specialty shops, require Ontario Health to prepare an annual report on vaping usage and health effects and set tax money aside for research.

Michael Perley, the Ontario Medical Association’s chair at the Ontario Coalition Against Tobacco, supports this NDP bill. Perley stated: “Thanks to an inadequate and permissive federal vaping legalization framework and to the aggressive promotion of flavoured vaping by the tobacco industry, more and more Ontario kids are becoming addicted to nicotine every day. The provincial government needs to take strong action now to block industry nicotine promotion to our kids. Banning all flavours except those specifically permitted, and restricting vaping sales to specialty vaping stores, as Madame Gélinas proposes, will help align vaping regulation with tobacco regulation.”

As well, Dr. Atul Kapur, Executive Director of Physicians for a Smoke-Free Canada, also supports Gélinas’s bill, stating, “It took decades for us to learn the health effects of smoking. We are now at the same early stages with vaping. If we are going to learn the lessons from smoking, we need to be more cautious in how we allow these products to be marketed.”

I think I can pretty safely say that without exception, any parent would do whatever it takes to protect their children. I truly believe that responsibility also falls onto the shoulders of elected officials because, as they say, it takes a village to raise a child. New Democrats are proud to join many thousands of parents, educators, health care providers and youth organizations in challenging the Ford Government to get its priorities straight.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député
Algoma-Manitoulin


Il s’agit de la santé, de l’éducation et des opportunités pour nos jeunes

Les lecteurs de cette chronique hebdomadaire connaissent bien l’importance que les néo-démocrates accordent à la prestation de la meilleure éducation, du meilleur soutien, de la plus grande sécurité et des meilleures possibilités pour nos jeunes. Ce sont nos jeunes qui représentent vraiment l’avenir non seulement de cette province, mais de ce monde. C’est pourquoi je visite des élèves du primaire au collège fréquemment. Les jeunes de l’Ontario sont mis en désavantage en termes d’éducation, de santé, de sécurité, de formation, de finances et même de bien-être physique et mental.

Par exemple, je suis très préoccupé par les coupes dans le financement de l’éducation publique, ce qui conduit finalement à des problèmes à la table de négociation entre le ministère de l’Éducation, l’Association des Conseils Scolaires de l’Ontario et les divers syndicats d’enseignants. Les enseignants se soucient véritablement de nos enfants à tous égards. Ils voient au premier rang les effets des coupes budgétaires sur la qualité de l’éducation que reçoivent nos jeunes. Dieu merci, ils sont dans une bonne position, mais peu enviable, de tenir tête au gouvernement Ford pour défendre nos enfants. M. Ford sait que la bonne chose à faire est de renverser ses coupes en éducation. Il nous a menés au bord d’une grève générale des travailleurs simplement parce qu’il est déterminé à aller de l’avant avec son programme d’économies pour entasser plus d’enfants dans les salles de classe, forcer les jeunes à suivre des cours obligatoires en ligne, déchirer les options de cours et retirer des milliers d’adultes bienveillants des écoles. Nous savons que les étudiants, les parents et les travailleurs de l’éducation ne le veulent pas. Le NPD presse le premier ministre de cesser de se battre contre les enseignants, de cesser d’utiliser nos enfants comme des pions et de commencer à négocier de bonne foi.

Les lecteurs réguliers de cette chronique se souviendront des références à de nombreux problèmes d’éducation similaires. Ces références comprenaient la réduction des délais de grâce pour commencer le remboursement des prêts aux étudiants, la confusion et le chaos concernant les problèmes liés au curriculum scolaire, la détérioration des bâtiments scolaires, les attaques contre les associations d’étudiants – qui veillent au bien-être et à la sécurité des groupes d’étudiants postsecondaires – comme des fauteurs de troubles marxistes et les changements de structure de frais universitaires. Je ne peux pas imaginer le stress que toutes ces questions et actions soulèvent pour nos jeunes.

Une autre préoccupation majeure que j’ai est celle de la santé de nos jeunes et la réticence du gouvernement à faire preuve d’un véritable effort pour protéger nos enfants contre les substances nocives. Bien sûr, je fais référence ici à la question des effets du vapotage sur la santé des gens. En vérité, la science ne sait pas grand chose sur les effets à long terme du vapotage. Sans aucun doute, le gouvernement a un rôle à jouer «in loco parentis», car les enseignants savent bien que le latin signifie «à la place d’un parent». Nous devons tous aider à prendre soin de nos jeunes.

Il est impératif que l’Ontario adopte une approche de précaution lorsqu’elle autorise la mise sur le marché de produits comme les produits de vapotage. L’Ontario est loin derrière les autres juridictions lorsqu’il s’agit de protéger nos jeunes contre les pratiques prédatrices de l’industrie du vapotage, et il est temps de rattraper le retard.

Pour cette raison, la députée France Gélinas, porte-parole du NPD en matière de santé, a présenté le projet de loi « Le vapotage n’est pas pour les enfants ». Ce projet de loi établit des obligations fermes pour le ministère de la Santé afin d’empêcher les jeunes de l’Ontario de vapoter et de devenir dépendants à la nicotine. Il interdirait la promotion des produits de vapotage, réglementerait les arômes disponibles, fixerait une quantité maximale de nicotine par millilitre de fluide, restreindrait les ventes aux magasins spécialisés, obligerait Santé Ontario à préparer un rapport annuel sur l’utilisation du vapotage et les effets sur la santé et mettrait de l’argent de côté pour la recherche.

Michael Perley, président de l’association médicale de l’Ontario à la Coalition ontarienne contre le tabac, appuie ce projet de loi du NPD. Perley a déclaré: « Grâce à un cadre fédéral de légalisation du vapotage inadéquat et permissif et à la promotion agressive du vapotage aromatisé par l’industrie du tabac, de plus en plus d’enfants ontariens deviennent dépendants de la nicotine chaque jour. Le gouvernement provincial doit prendre des mesures rapides pour bloquer la promotion de l’industrie de la nicotine auprès de nos enfants. L’interdiction de toutes les saveurs, sauf celles spécifiquement autorisées, et la restriction des ventes de vapotage aux magasins spécialisés, comme le propose Mme Gélinas, aideront à aligner la réglementation sur la vapotage sur la réglementation sur le tabac.

De plus, le Dr Atul Kapur, directeur exécutif de Médecins pour un Canada sans fumée, appuie également le projet de loi de Gélinas, déclarant: « Il nous a fallu des décennies pour apprendre les effets du tabagisme sur la santé. Nous en sommes maintenant aux mêmes premiers stades du vapotage. Si nous voulons tirer les leçons du tabagisme, nous devons être plus prudents dans la manière dont nous permettons la commercialisation de ces produits. »

Je pense que je peux dire en toute sécurité que sans exception, tout parent ferait tout ce qu’il faut pour protéger ses enfants. Je crois vraiment que la responsabilité incombe également aux élus car, comme on dit, il faut un village pour élever un enfant. Les néo-démocrates sont fiers de se joindre à plusieurs milliers de parents, d’éducateurs, de fournisseurs de soins de santé et d’organisations de jeunesse pour mettre le gouvernement Ford au défi de bien définir ses priorités.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre affaire provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, MPP / député

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here