It is imperative that the People of Ontario have clarity of vision on the offshoot educational issues

0
Michael Mantha MPP / député Algoma-Manitoulin

Now that the hustle and bustle of the Holiday Season is over, I’m happy to say I feel refreshed and eager to tackle the many issues that affect all of us as Northern Ontarians. I know we are already two weeks into the New Year, but I want to wish everyone all the best in 2020.

Over the holidays I exchanged similar greetings with friends, neighbours and loved ones I met. I received a Christmas card from a constituent that threw me a bit of a changeup with her greeting, “Happy 2020, Mike.” I chuckled and then went on to read her very poignant message. She explained that she chose to use that particular phraseology because whenever we hear the number 2020, it brings to mind the idea of the perfect vision score. She said, “I wish you and your colleagues will experience clarity and perfect vision in your work in leading our province.”  Wow, pretty cool thinking I thought. So I too wish everyone a Happy 2020 with the same sentiment in mind.

Without doubt, the unrest in Education at the moment is causing rising concern in the minds of all Ontarians. No wonder as our children’s wellbeing and future is without question our greatest asset. It will seem but the blink of an eye — the world will be in their hands and we will be counting on them to make this imperfect old world work.

Clearly it is rather unusual to have the public interest so involved in any regular contract negotiations. But then again, the outcome of labour negotiations in this matter will have a huge impact on almost every Ontarian, either directly or indirectly. So this is where my Happy 2020 wishes come into the picture. It is imperative that the People of Ontario have clarity of vision on the offshoot educational issues at hand.

Doug Ford and Education Minister Stephen Leece have really painted the entire education sector into a corner crisis. Not since 1997 under Conservative Premier Mike Harris have Ontarians seen the government at odds with all teacher unions in the province involved with job action. That occasion also was brought about by monumental changes and cuts to education.

Lets not forget that the Liberals were caught not playing fair during teacher negotiations. In 2012 the Liberals were taken to court by Ontario teachers for passing Bill 115 which the courts found to be unconstitutional. The legislation imposed contracts for all teachers in order to totally avoid potential strikes. The imposed contracts froze teacher’s wages, prohibited their ability to strike and swept away payouts for unused sick days, all without negotiation. The court decision resulted in forcing the Government to pay restitution. As they say, “Liberal – Tory, same old story.”

In this case, there are two main issues bogging down negotiations; the education professional’s opposition to increasing class size – bringing about the loss of thousands of teaching positions – and the mandatory completion of two online courses in order to achieve a high school diploma.

It is also important to note that the Toronto Star recently obtained a government document, marked confidential, that indicated that the Ford Government is planning to make completion of two online courses mandatory until at least 2024. Then, at that time, they plan to allow students to earn their diploma entirely on line – without ever setting foot in a classroom. Hardly a recipe for a well rounded education with the benefit of social interaction and learning to work interactively and collaboratively with peers.

And it doesn’t stop there.

Not only do the Ford Conservatives see eliminating teaching jobs as a way to save money, they have now even found a way to turn education into a business for profit. The Toronto Star also learned that the Province was considering creating an all online curriculum and then selling it to other interested education departments across Canada and in the United States. How all of a sudden is making the objective of our education system to make money for the government an acceptable goal?

It’s hard for the public to have a clear view of an issue when what they are informed of is only partially made visible and filtered by political spin-doctors. Minister Lecce has been appealing parents and the general public time and time again to rise up against the teachers as they are only fighting against legislation that limits any financial increases to just one percent over the next four years.  All the while Ford and Lecce say they are bargaining in good faith with the teachers. Really?! Does creating legislation solely intended to hamstring contract negotiations with the government constitute bargaining in good faith? I think the People of Ontario’s vision of this argument is pretty clear.

No matter what spin the Ford Government tries to put on this, there is no question that the main interest of Ontario teachers is first and foremost the success of our children. That’s just who teachers are. If a student has low achievement, the teacher’s job is not to find blame in the child but rather to figure out how to help that child find a learning/teaching pathway to success. For only when the child succeeds does the teacher succeed.

The truth be known, Doug Ford is well aware that the People of Ontario’s vision is just fine. He knows the Province is fighting a losing battle. What other explanation would there be for the Ministry of Education to offer compensation of up to $60 per day to parents for any inconvenience they experience due to rotating job actions taken by the teachers?  Nothing says commitment, devotion and integrity like buying public support by handing out pocket money.

It would seem to me that Ontarians visual acuity is just fine.  Like I said, “Happy 2020.”

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha, MPP/député Algoma-Manitoulin


Maintenant que l’agitation de la saison des fêtes est terminée, je suis heureux de dire que je me sens rafraîchi et impatient de faire face aux nombreux problèmes qui nous touchent tous en tant que résidents du Nord de l’Ontario. Je sais que nous sommes déjà deux semaines dans la nouvelle année, mais je vous souhaite à tous et à toute le meilleur pour 2020.

Pendant les vacances, j’ai échangé des salutations similaires avec des amis, des voisins et des proches que j’ai rencontrés. J’ai reçu une carte de Noël d’une commettante qui m’a un peu bousculé en me souhaitant « Happy 2020, Mike ». J’ai ris puis j’ai lu son message très émouvant. Elle m’a expliqué qu’elle avait choisi d’utiliser cette parole particulière parce que chaque fois que nous entendons le nombre 2020, cela évoque l’idée du score de vision parfaite. Elle a dit: « Je souhaite que vous et vos collègues fassiez l’expérience de la clarté et de la vision parfaite dans votre travail pour diriger notre province. » Wow, une pensée plutôt cool, j’ai pensé. Je souhaite donc à tout le monde un joyeux 2020 avec le même sentiment à l’esprit.

Sans aucun doute, les troubles dans le domaine de l’éducation en ce moment suscitent une inquiétude croissante dans l’esprit de tous les Ontariens et Ontariennes. Pas étonnant, car le bien-être et l’avenir de nos enfants sont sans aucun doute notre plus grand atout. En un clin d’œil, le monde sera entre leurs mains et nous comptons sur eux pour bien faire fonctionner ce vieux monde imparfait.

De toute évidence, il est plutôt inhabituel de faire participer l’intérêt public à toutes les négociations contractuelles régulières. Mais là encore, le résultat des négociations collectives dans cette affaire aura un impact énorme sur presque tous les Ontariens, directement ou indirectement. C’est donc là que mes souhaits de joyeux 2020 entrent en scène. Il est impératif que la population de l’Ontario ait une clarté de vision sur les problèmes en éducation qui découlent des négociations collectives.

Doug Ford et le ministre de l’Éducation Stephen Leece ont vraiment plongé l’ensemble du secteur de l’éducation dans une crise. Depuis 1997, sous la direction du premier ministre conservateur Mike Harris, les Ontariennes et les Ontariens n’ont pas vu le gouvernement en désaccord avec tous les syndicats d’enseignants de la province en même temps. Cette occasion a également été provoquée par des changements monumentaux et des coupes dans l’éducation.

N’oublions pas que les libéraux ont été surpris à ne pas jouer de façon juste lors des négociations avec les enseignants. En 2012, les libéraux ont fait face à la justice pour avoir adopté le projet de loi 115, ce que les tribunaux ont jugé inconstitutionnel.  Les contrats imposés ont gelé les salaires des enseignants, leur ont empêché de faire la grève et ont éliminés les jours de maladie non utilisés, le tout sans négociations.

Dans ce cas, deux problèmes principaux empêchent les négociations; l’opposition des professionnels de l’éducation à l’augmentation de la taille des classes – entraînant la perte de milliers de postes d’enseignant – et l’achèvement obligatoire de deux cours en ligne pour obtenir un diplôme d’études secondaires.

Il est également important de noter que le Toronto Star a récemment obtenu un document gouvernemental confidentiel, indiquant que le gouvernement Ford prévoit de rendre obligatoires deux cours en ligne jusqu’en 2024 au moins. Puis, à ce moment-là, il prévoit de permettre aux étudiants d’obtenir leur diplôme entièrement en ligne – sans jamais mettre les pieds dans une salle de classe. À peine une recette pour une éducation bien équilibrée sans interaction sociale et sans apprendre à travailler de manière interactive et en collaboration avec des pairs.

Et ça ne s’arrête pas là.

Non seulement les conservateurs de Ford voient l’élimination des emplois dans l’enseignement comme un moyen d’économiser de l’argent, mais ils ont même trouvé un moyen de transformer l’éducation en une entreprise à but lucratif. Le Toronto Star a également appris que la province envisageait de créer un programme entièrement en ligne, puis de le vendre à d’autres services d’éducation intéressés au Canada et aux États-Unis. Comment tout d’un coup, l’objectif de notre système d’éducation est-il de faire de l’argent pour le gouvernement un objectif acceptable?

Il est difficile pour le public d’avoir une vision claire d’un problème lorsque ce dont il est informé n’est que partiellement rendu visible et filtré par des conseillers politiques. Le ministre Lecce a appelé à maintes reprises les parents et le grand public à s’élever contre les enseignants, car ils ne luttent contre la législation qui limite les augmentations financières qu’à un pour cent au cours des quatre prochaines années. Pendant ce temps, Ford et Lecce disent qu’ils négocient de bonne foi avec les enseignants. Vraiment?! La création d’une législation visant uniquement à empêcher les négociations avec le gouvernement constitue-t-elle une négociation de bonne foi. Je pense que la vision de la population de l’Ontario de cet argument est assez claire.

Quelle que soit la tournure que le gouvernement Ford essaie de donner à cela, il ne fait aucun doute que le principal intérêt des enseignants de l’Ontario est avant tout le succès de nos enfants. C’est juste qui sont les enseignants. Si un élève a de faibles résultats, le travail de l’enseignant n’est pas de blâmer l’enfant, mais plutôt de trouver comment l’aider à trouver une voie d’apprentissage / d’enseignement vers la réussite. Ce n’est que lorsque l’enfant réussit que l’enseignant réussit.

À vrai dire, Doug Ford sait très bien que la vision de la population de l’Ontario est très bien. Il sait que la province mène une bataille perdue d’avance. Quelle autre explication y aurait-il pour que le ministère de l’Éducation offre une compensation pouvant aller jusqu’à 60 $ par jour aux parents pour tout inconvénient qu’ils ressentent en raison de la rotation des mesures prises par les enseignants? Rien ne dit engagement, dévouement et intégrité comme acheter du soutien public en distribuant de l’argent de poche.

Il me semble que l’acuité visuelle des Ontariens et Ontariennes est très bien. Comme je l’ai dit, « Joyeux 2020 ».

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, MPP / député Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here