News From The Park | Nouvelles du parc

0

I know there are a lot of people in the world who hold fast to the idea that the only people in the world who like change are babies. Well, clearly this has been a widely quoted quip for generations, but in reality there is little substance to the saying. Personally, I’m all for change – with one proviso; the change has to be for the better.

When you think of change at the institutional, organizational or political level, it is the duty of elected leaders to seek out opportunities for needed change. However, before any changes are made, the reason change is needed must be clear. In addition to understanding the reason, it is imperative that before the changes are instituted, very careful consideration must be given to how the changes will be instituted and what ramifications can be expected as a result.

Doug Ford campaigned on a platform of change. Ontarians were absolutely desperate for a change after 15 years of Liberal Governments. However, I’m pretty sure when Ontarians voted for change they just made the assumption that the changes would be the result of in depth, high-level planning and preparation. And I know for a fact they expected the changes would be for the better. Unfortunately for Ontarians, Doug Ford’s record to date has been abysmal at best. And there is a boatload of proof of this.

To begin, just think back to the acrimonious response to Ford’s changes to delivering support to the families of children who fall within the autistic spectrum. After languishing for years and years on waiting lists for assistance, across the province the families were told that the Conservatives would reduce wait times by making enormous cuts to funding and telling families to take what funding they do get and decide for themselves the best way to meet their family’s needs. After months of unparalleled protests by families, service providers and educators, Doug Ford finally agreed to reconsider the decisions — but only after the real damage was done.

Another example was the sex education curriculum. Ford campaigned on a promise to revert back to decades old sex-ed curriculums. Ford promised change. Thankfully after months long hue and cry from thousands of parents, students, educators and a plethora of societal special interest groups, the Conservatives agreed to reconsider their decisions. In the end they basically scrapped all of their plans and reinstituted the most recent curriculum.

Franco Ontarians also fell victim to Ford’s whirlwind theme of change. The conservatives not only axed the position of French Language Services Commissioner last fall, but also said that they were pulling the plug on plans for a dedicated French university. Of course after hearing complaints, Ford rethought both decisions. In the end the Conservatives considered the need for the Francophone vote and announced they were ready to discuss a cost sharing agreement with the federal government.

Currently Ontarians are witnessing Doug Ford’s attempt to fix something that wasn’t broken – that is until he decided a change was needed. Here of course I refer to the vehicle license plates that are said to be unreadable in various settings and conditions. Knowing that blue is Doug Ford’s favourite colour, it came as no surprise that the Government elected not only to go with blue on new vehicle license plates, but in fact chose double blue.

As soon as the new plates began to appear on Ontario roads, police services began to report that the plates glare under lights at night and are, at times, impossible to read. When Minister Lisa Thompson was questioned about the problem plates she immediately rose in the Legislature to defend the decision to design new, cheaper plates, stating “They were tested for readability at night…. I can assure you that we have been exhaustive with our testing. We have tested in terms of readability, reflectivity and durability on a whole host of weather conditions, and they passed.” Clearly the minister used the same amount of time investigating and formulating her response as the Ministry did in researching the need for and suitability of the new plates – i.e. no time.

The next day in the Legislature, NDP MPP Jennifer French asked the Minister about the issue stating, “I thought Ontario was a place to grow, not a place to glow.” The Minister’s research and consideration seemed to parallel that of the Ministry in researching the need and suitability of the plates. Minister Thompson again rose only to retract her comments stating that there actually is a problem but that it is all the designing company’s fault and that it was up to the company to derive a solution.

Believe it or not, I think I have come up with an explanation for the cause of not only the plates but for the many other ill-thought changes that the Ford Government has implemented. It all has to with the colour of the lenses that Ford wears when he comes up with these ideas.

No doubt readers have seen examples of various coloured lenses in glasses. They were especially popular back in the Disco 70’s era. Wearing coloured lenses changes ones perception of the colours that surround us by acting like filters. Coloured lenses absorb all colours of light except whatever colour the lenses are. For example, glasses with blue lenses absorb green light and red light but allow blue light to pass though to the eye. This makes items that are colours other than blue harder to see. In other words, when we look at the world through blue lenses, all we see is what the world looks like from a blue (Conservative) perspective. Other perspectives just – are not considered.

So it’s no wonder that Doug Ford loved the double blue vehicle plates. The problem is that he was only seeing them from his own perspective. He couldn’t see any problems that were obvious to the rest of the world.

Now, do the same thing with all of the illustrations above. Just look at them from a “Conservative/blue” perspective and you get the same filtered results. You only see what you want to see.

When it comes to change, it’s a good thing when it’s needed. Changing something like the colour of a room only affects the few who spend time in it. But when you are the premier of a province, your changes need to be based on a need and planned out thoughtfully, keeping in mind the spin-off effects and negative impacts on the lives of citizens.

It’s time that Doug Ford and his caucus got with the times and toss their “blue filtered” glasses in favour of getting a true clear perspective on what their changes will mean to the people of Ontario.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters. You can reach my constituency office by email at mmantha-co@ndp.on.ca or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député
Algoma-Manitoulin


Nouvelles du parc

Je sais qu’il y a beaucoup de gens dans le monde qui tiennent fermement à l’idée que les seules personnes au monde qui aiment le changement sont les bébés. Eh bien, il s’agit clairement d’une plaisanterie largement citée depuis des générations, mais en réalité il n’y a pas de substance à l’adage. Personnellement, je suis pour le changement – à une condition près; le changement doit être pour le mieux.

Lorsque vous pensez à un changement au niveau institutionnel, organisationnel ou politique, il est du devoir des dirigeants élus de rechercher les opportunités de changement nécessaires. Cependant, avant toute modification, la raison pour laquelle un changement est nécessaire doit être claire. En plus de comprendre la raison, il est impératif qu’avant que les changements soient introduits, une attention particulière soit accordée à la façon dont les changements seront institués et aux ramifications qui peuvent en découler.

Doug Ford a fait campagne sur une plateforme de changement. Les Ontariennes et Ontariens étaient absolument désespérés de changer après 15 ans de gouvernement libéral. Cependant, je suis presque sûr que lorsque les Ontariens ont voté pour le changement, ils ont simplement fait l’hypothèse que les changements seraient le résultat d’une planification et d’une préparation approfondies et de haut niveau. Et je sais pertinemment qu’ils s’attendaient à ce que les changements soient pour le mieux. Malheureusement pour les Ontariens, les décisions de Doug Ford à ce jour ont été au mieux épouvantable. Et il y en a des preuves.

Pour commencer, repensez à la réponse acrimonieuse aux changements de Ford pour apporter un soutien aux familles des enfants qui appartiennent au spectre de l’autisme. Après avoir langui pendant des années et des années sur des listes d’attente pour obtenir de l’aide, dans toute la province, les familles ont été informées que les conservateurs réduiraient les temps d’attente en réduisant considérablement le financement et en disant aux familles de prendre le financement qu’elles obtiennent et de décider par elles-mêmes de la meilleure façon de répondre aux besoins de leur famille. Après des mois de protestations sans précédent de la part des familles, des prestataires de services et des éducateurs, Doug Ford a finalement accepté de reconsidérer les décisions – mais seulement après que les dommages réels aient été causés.

Un autre exemple est le programme d’éducation sexuelle. Ford a fait campagne sur une promesse de revenir à des programmes d’enseignement sexuel vieux de plusieurs décennies. Ford a promis du changement. Heureusement, après des mois et des cris de milliers de parents, d’élèves, d’éducateurs et d’une foule de groupes d’intérêt social, les conservateurs ont accepté de reconsidérer leurs décisions. En fin de compte, ils ont essentiellement abandonné tous leurs plans et rétabli le programme d’études le plus récent.

Les Franco-Ontariens ont également été victimes de la tornade de changements de Ford. L’automne dernier, les conservateurs ont non seulement supprimé le poste de commissaire aux services en français, mais ils ont également déclaré qu’ils mettaient fin aux projets d’une université française. Bien sûr, après avoir entendu les plaintes, Ford a repensé les deux décisions. Finalement, les conservateurs ont considéré la nécessité du vote francophone et ont annoncé qu’ils étaient prêts à discuter d’une entente de partage des coûts avec le gouvernement fédéral.

Actuellement, les Ontariens sont témoins de la tentative de Doug Ford de réparer quelque chose qui n’était pas cassé – jusqu’à ce qu’il décide qu’un changement était nécessaire. Ici, bien sûr, je me réfère aux plaques d’immatriculation des véhicules qui seraient illisibles dans divers paramètres et conditions. Sachant que le bleu est la couleur préférée de Doug Ford, il n’est pas surprenant que le gouvernement ait choisi non seulement d’utiliser du bleu sur les nouvelles plaques d’immatriculation des véhicules, mais qu’il ait en fait choisi un double bleu.

Dès que les nouvelles plaques ont commencé à apparaître sur les routes de l’Ontario, les services de police ont commencé à signaler que les plaques brillaient sous les lumières la nuit et étaient parfois impossibles à lire. Lorsque la ministre Lisa Thompson a été interrogée sur les plaques problématiques, elle s’est immédiatement levée à l’Assemblée législative pour défendre la décision de concevoir de nouvelles plaques moins chères, déclarant: « Leur lisibilité a été testée la nuit…. Je peux vous assurer que nous avons été exhaustifs avec nos tests. Nous avons testé en termes de lisibilité, de réflectivité et de durabilité sur toute une série de conditions météorologiques, et ils ont réussi. » De toute évidence, la ministre a utilisé le même temps pour enquêter et formuler sa réponse que le ministère dans la recherche du besoin et de l’adéquation des nouvelles plaques – c’est-à-dire pas de temps.

Le lendemain à l’Assemblée législative, la députée néo-démocrate Jennifer French a interrogé le ministre sur la question en déclarant: « Je pensais que l’Ontario était un endroit où grandir, pas un endroit où rayonner. » Les recherches et la considération de la Ministre semblaient parallèles à celles du Ministère dans la recherche de la nécessité et de l’adéquation des plaques. La ministre Thompson s’est à nouveau levée seulement pour revenir sur ses commentaires, affirmant qu’il y avait en fait un problème mais que tout était de la faute de l’entreprise de conception et qu’il appartenait à l’entreprise de trouver une solution.

Croyez-le ou non, je pense avoir trouvé une explication pour la cause non seulement des plaques mais pour les nombreux autres changements irréfléchis que le gouvernement Ford a mis en œuvre. Tout cela dépend de la couleur des lentilles que Ford porte lorsqu’il propose ses idées.

Les lecteurs ont sans aucun doute vu des exemples de verres de différentes couleurs dans des verres. Ils étaient particulièrement populaires à l’époque du disco dans les années 70. Le port de lentilles colorées change la perception des couleurs qui nous entourent en agissant comme des filtres. Les lentilles colorées absorbent toutes les couleurs de lumière sauf la couleur des lentilles. Par exemple, les verres à lentilles bleues absorbent la lumière verte et la lumière rouge mais laissent passer la lumière bleue dans l’œil. Cela rend les articles qui sont des couleurs autres que le bleu plus difficiles à voir. En d’autres termes, lorsque nous regardons le monde à travers des lentilles bleues, tout ce que nous voyons, c’est à quoi le monde ressemble d’un point de vue bleu (conservateur). D’autres perspectives ne sont tout simplement pas prises en compte.

Il n’est donc pas étonnant que Doug Ford ait adoré les plaques d’immatriculation double bleue. Le problème est qu’il ne les voyait que de son propre point de vue. Il ne voyait aucun problème évident pour le reste du monde.

Maintenant, faites la même chose avec toutes les illustrations ci-dessus. Regardez-les du point de vue « conservateur / bleu » et vous obtenez les mêmes résultats filtrés. Vous ne voyez que ce que vous voulez voir.

Quand il s’agit de changer, c’est une bonne chose en cas de besoin. Changer quelque chose comme la couleur d’une pièce n’affecte que quelques personnes qui y passent du temps. Mais lorsque vous êtes le premier ministre d’une province, vos changements doivent être basés sur un besoin et planifiés de façon réfléchie, en tenant compte des retombées et des impacts négatifs sur la vie des citoyens.

Il est temps que Doug Ford et son caucus se mettent au diapason et jettent leurs lunettes « bleues » pour obtenir une véritable perspective claire sur ce que leurs changements signifieront pour la population de l’Ontario.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à mmantha-co@ndp.on.ca ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP / député
Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here