Looking forward to the April constituency week | Dans l’attente de la semaine de circonscription d’avril

0
Michael Mantha MPP - Queens Park

I’m looking forward to the April constituency week.  I think I’m ready for some time away from Queen’s Park and a break from that long road I travel both ways every weekend.  I’ve always maintained that, far from being a monotonous waste of time each weekend, it actually provides me with a wonderful opportunity to really think things through uninterrupted.  The other night, however, something happened that made me sit up and realize that between the goings-on in the Legislature and endless hours on the road, I got the message I need a break.

I’ve travelled this road so many times that I’m sure my car knows the way without even using Google Navigation.  I got out of QP late and was heading on Hwy 400 North of Barrie when I came to the place where drivers heading to Hwy 11 stay on and 400 veer off right.  I was thinking about how to move the broadband for Northerners issue forward when I swear I heard the voice of KITT from the old TV show Knight Rider say, “Hey Michael, don’t miss your turn here.”  Of course, I showed my true Canadian colours and said, “Thanks KITT.”  My response told me it’s time to spend time in the constituency office.

In a team meeting the next morning we were talking about how stressed and frustrated people are of late.  It’s a totally different kind of stress than a year ago.  Many people are really at their wits end trying to keep it all together for their family in terms of physical and mental health as well as financial security in the here and now, let alone tomorrow.  Some are actually scared.  My team spends so much time on the phone and responding to email, trying to help constituents any way we can.  The overall message is that Northerners are feeling isolated and abandoned by the Doug Ford and his government.  This is the same Doug Ford who professed to be “there for the little guy.”  In fact the Province proclaimed that his government was, “Ontario’s first ever government for the people.”

People are desperate for money because so many jobs have disappeared – especially in the tourism, recreation and sport industries which normally bring in millions to Algoma-Manitoulin all year round.  Then Ontarians learn that just six executives at Ontario Power Generation took home $5.5 million.  There were huge raises at the very top, and now 17 people make more than $700,000.  Meanwhile, Premier Ford is denying frontline health care heroes a much deserved and needed permanent raise, including Personal Support Workers (PSWs).  In fact, this “defender” of the little guy has passed a likely-unconstitutional wage constraint law to hold back the wages of Ontario workers while allowing executive salaries to soar.  Kind of hard for Ontarians to swallow, eh?

PSW’s truly just one of many occupations that the pandemic has raised awareness of an extensive list of essential workers.  These workers who stand on the frontline performing their duties to keep people safe and keep our economy and supply lines moving put themselves at heightened risk day after day. They have worked long hours, often in the most difficult conditions without taking time off.  Many have suffered from the mental and emotional toll this has had on them and their families.  Workers have experienced stress and anxiety, and we are seeing more and more cases of post-traumatic stress disorder and other conditions being reported.

The NDP is introducing new legislation that would guarantee our essential workers have access to presumptive coverage for mental health benefits through the Workplace Safety and Insurance Board (WSIB).  NDP MPP Monique Taylor’s Workplace Safety and Insurance Amendment Act (Access to Mental Health Support for Essential Workers), 2021, provides workers designated as essential, or who are working in a workplace designated as essential, with the presumption that any mental health-related injuries they suffer arose from their work during the pandemic.  This would entitle these workers to access WSIB benefits for chronic or traumatic mental stress injuries.

A recent Ontario Nurses’ Association (ONA) survey found that just over 60 per cent of nurses working in long-term care homes with large outbreaks reported they were experiencing symptoms of PTSD.  Taylor says that these days, many more Ontarians working in health care, retail, education and public health are facing mental health challenges due to their work during the pandemic.

There are health care workers who repeatedly watched people take their dying breath without any family there to comfort them.  There are long-term care home staff who had to walk away from residents crying out in pain because another person’s need was greater.  There are educators who worked while stiff with fear to support children who need one-on-one help, but can’t wear a mask.  The mental health impact of this pandemic will continue to be felt in the months and years to come, and we have a duty to ensure our frontline heroes get all the support they need.

It’s time for the Ford government to take action by supporting this legislation without delay.  Every essential worker not only deserves, but must have, presumptive WSIB coverage for mental health treatment and support — without the added stress of being forced to prove this was due to their experiences on the job.

I’ve had many constituents call my office to say that despite knowing they will qualify for a Northern Health Travel Grant, they can’t go because the lack the financial ability to put the money upfront for travel and accommodation so they can be reimbursed weeks down the road.  New Democrats understand how people are struggling to afford to pay for necessary expenses, including costs associated with mandatory personal identification.

Northerners in more remote, rural or First Nations communities have to travel very long distances at great expense just to obtain this basic ID; new parents who need to pay for their children’s long-form birth certificate but have limited access to government services, folks who need to pay to update their name and gender on their identification, and people living in poverty and homelessness who can’t access the help they need without government ID.

With this in mind, NDP MPP Judith Monteith-Farrell from Thunder Bay-Attikokan introduced a bill called the Awenen Niin Act (Who Am I) Respecting Identity Documents which would have removed user fees for all services related to Ontario birth certificates and Ontario Photo Cards (purple ID cards).  No one in Ontario should be denied public services because they don’t have the money to pay for their ID.  But Doug Ford chose to ignore the pleas of people who are living paycheque-to-paycheque, coping with unemployment or living in poverty.  By refusing to remove user fees from personal identification in Ontario he continues to ignore the needs of Ontario’s little guys who are truly hurting.

New Democrats have a better way to do things that not only respects the strengths of the people of Ontario but also recognizes that by helping them to meet their needs, everyone benefits.  Good jobs, and financial security for working families is what will help people weather the COVID-19 storm, and it’s what will drive the recovery.  Months ago we launched our Save Main Street plan.  And that is just one part of the comprehensive second-wave plan Ontario desperately needs.

Along with my colleagues we will continue to honour our commitment to Ontarians to not just constructively oppose but propose new and innovative pathways to success for all.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters.  You can reach my constituency office by email at [email protected] or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha, MPP/député Algoma-Manitoulin

 

Dans l’attente de la semaine de circonscription d’avril

J’attends avec impatience la semaine de circonscription d’avril. Je pense que je suis prêt pour un certain temps loin de Queen’s Park et une pause de cette longue route que je voyage dans les deux sens chaque fin de semaine. J’ai toujours soutenu que, loin d’être une perte de temps monotone chaque fin de semaine, cela me donne en fait une merveilleuse opportunité de vraiment réfléchir sans interruption. L’autre soir, cependant, il s’est produit quelque chose qui m’a fait me rendre compte qu’entre les événements à l’Assemblée législative et les heures interminables sur la route, j’ai reçu le message que j’avais besoin d’une pause.

J’ai parcouru cette route tellement de fois que je suis sûr que ma voiture connaît le chemin sans même utiliser Google Maps. Je suis sorti tard de Queen’s Park et je me dirigeais vers l’autoroute 400 au nord de Barrie lorsque je suis arrivé à l’endroit où les conducteurs se dirigeant vers l’autoroute 11 restent sur la route et la 400 virent à droite. Je réfléchissais à la manière de faire avancer le problème de l’internet haute-vitesse pour les habitants du Nord lorsque je jure que j’ai entendu la voix de KITT de la vieille émission de télévision Knight Rider dire: « Hey Michael, ne manquez pas votre sortie ici. » Bien sûr, j’ai montré mes vraies couleurs canadiennes et j’ai dit: « Merci KITT. » Ma réponse m’a dit qu’il était temps de passer du temps au bureau de circonscription.

Lors d’une réunion d’équipe le lendemain matin, nous parlions de la façon dont les gens sont stressés et frustrés ces derniers temps. C’est un type de stress totalement différent de celui d’il y a un an. Beaucoup de gens sont vraiment à bout de souffle essayant de garder les choses intactes pour leur famille en termes de santé physique et mentale ainsi que de sécurité financière ici et maintenant, et encore moins demain. Certains ont en fait peur. Mon équipe passe tellement de temps au téléphone et à répondre aux courriels, essayant d’aider les électeurs de toutes les manières possibles. Le message général est que les habitants du Nord se sentent isolés et abandonnés par Doug Ford et son gouvernement. C’est le même Doug Ford qui prétendait être « là pour les gens normaux ». En fait, son gouvernement s’était auto-proclamé comme « le tout premier gouvernement de l’Ontario pour les gens ».

Les gens ont désespérément besoin d’argent parce que beaucoup d’emplois ont disparu – en particulier dans les industries du tourisme, des loisirs et du sport qui rapportent normalement des millions à Algoma-Manitoulin toute l’année. Ensuite, les Ontariennes et Ontariens apprennent que seulement six dirigeants d’Ontario Power Generation ont faient 5,5 millions de dollars. Il y a eu d’énormes augmentations tout en haut, et maintenant 17 personnes gagnent plus de 700 000 $. Pendant ce temps, le premier ministre Ford refuse aux héros de la santé de première ligne une augmentation permanente bien méritée et nécessaire, y compris pour les préposés aux bénéficiaires. En fait, ce «    défenseur » des gens ordinaires a adopté une loi de contrainte salariale probablement inconstitutionnelle pour retenir les salaires des travailleurs de l’Ontario tout en permettant aux salaires des cadres de grimper en flèche. Un peu difficile à avaler pour les Ontariens, hein?

Les préposés aux bénéficiaires ne sont vraiment qu’une des nombreuses professions que la pandémie a sensibilisées à une longue liste de travailleurs essentiels. Ces travailleurs qui sont en première ligne dans l’exercice de leurs fonctions pour assurer la sécurité des gens et maintenir notre économie et nos lignes d’approvisionnement en mouvement s’exposent jour après jour à des risques accrus. Ils ont travaillé de longues heures, souvent dans les conditions les plus difficiles, sans prendre de congé. Beaucoup ont souffert des conséquences mentales et émotionnelles que cela a eues sur eux et leurs familles. Les travailleurs ont vécu du stress et de l’anxiété, et nous constatons de plus en plus de cas de trouble de stress post-traumatique et d’autres conditions.

Le NPD présente une nouvelle loi qui garantirait à nos travailleurs essentiels l’accès à une couverture présumée pour les prestations de santé mentale par l’entremise de la Commission de la sécurité professionnelle et de l’assurance contre les accidents du travail (CSPAAT). La Loi modifiant la Loi de 2021 sur la sécurité professionnelle et l’assurance contre les accidents du travail de la députée néo-démocrate Monique Taylor (Accès au soutien en santé mentale pour les travailleurs essentiels), 2021, offre aux travailleurs désignés comme essentiels ou qui travaillent dans un lieu de travail désigné comme essentiel, la présomption que toute blessure liée à la santé mentale dont ils souffrent du fait de leur travail pendant la pandémie. Cela donnerait à ces travailleurs le droit d’accéder aux prestations de la CSPAAT pour les blessures de stress mental chronique ou traumatique.

Un récent sondage de l’Association des infirmières et infirmiers de l’Ontario (ONA) a révélé qu’un peu plus de 60 pour cent des infirmières travaillant dans des foyers de soins de longue durée avec d’importantes éclosions ont déclaré souffrir de symptômes de SSPT. Taylor dit que ces jours-ci, beaucoup plus d’Ontariennes et d’Ontariens travaillant dans les soins de santé, la vente au détail, l’éducation et la santé publique font face à des problèmes de santé mentale en raison de leur travail pendant la pandémie.

Il y a des agents de santé qui ont regardé à plusieurs reprises les gens prendre leur dernier souffle sans aucune famille pour les réconforter. Il y a des membres du personnel des foyers de soins de longue durée qui ont dû s’éloigner des résidents en criant de douleur parce que les besoins d’une autre personne étaient plus grands. Il y a des éducateurs qui ont travaillé dur avec peur pour soutenir les enfants qui ont besoin d’une aide individuelle, mais qui ne peuvent pas porter de masque. L’impact de cette pandémie sur la santé mentale continuera de se faire sentir dans les mois et les années à venir, et nous avons le devoir de nous assurer que nos héros de première ligne reçoivent tout le soutien dont ils ont besoin.

Il est temps pour le gouvernement Ford d’agir en soutenant ce projet de loi sans tarder. Chaque travailleur essentiel non seulement mérite, mais doit avoir, une couverture présumée de la CSPAAT pour le traitement et le soutien en santé mentale – sans le stress supplémentaire d’être forcé de prouver que cela était dû à son expérience au travail.

De nombreux électeurs ont appelé mon bureau pour dire que même s’ils savaient qu’ils seront admissibles à une subvention de voyage pour la santé dans le Nord, ils ne pouvaient pas y aller parce qu’ils n’avaient pas la capacité financière de débourser de l’argent à l’avance pour les voyages et l’hébergement afin qu’ils puissent être remboursés des semaines plus tard. Les néo-démocrates comprennent comment les gens ont du mal à se permettre de payer les dépenses nécessaires, y compris les coûts associés à l’identification personnelle obligatoire.

Les habitants du Nord des communautés plus éloignées, rurales ou des Premières Nations doivent parcourir de très longues distances à grands frais simplement pour obtenir cette carte d’identité de base; les nouveaux parents qui doivent payer le certificat de naissance détaillé de leurs enfants mais qui ont un accès limité aux services gouvernementaux, les personnes qui doivent payer pour mettre à jour leur nom et sexe sur leur pièce d’identité, et les personnes vivant dans la pauvreté et l’itinérance qui ne peuvent pas accéder au l’aide dont ils ont besoin sans pièce d’identité gouvernementale.

Dans cet esprit, la députée néo-démocrate Judith Monteith-Farrell de Thunder Bay-Attikokan a présenté un projet de loi intitulé Awenen Niin Act- Qui suis-je, concernant les pièces d’identité qui aurait supprimé les frais d’utilisation pour tous les services liés aux certificats de naissance de l’Ontario et aux cartes-photos de l’Ontario. (cartes d’identité violettes). Personne en Ontario ne devrait se voir refuser des services publics parce qu’il n’a pas l’argent nécessaire pour payer sa pièce d’identité. Mais Doug Ford a choisi d’ignorer les appels des gens qui vivent d’une paye à l’autre, font face au chômage ou vivent dans la pauvreté. En refusant de supprimer les frais d’utilisation de l’identification personnelle en Ontario, il continue d’ignorer les besoins des gens ordinaires de l’Ontario qui souffrent vraiment.

Les néo-démocrates ont une meilleure façon de faire les choses qui non seulement respecte les forces de la population de l’Ontario, mais reconnaît également qu’en les aidant à répondre à leurs besoins, tout le monde en profite. De bons emplois et la sécurité financière des familles de travailleurs aideront les gens à surmonter la tempête COVID-19, et c’est ce qui stimulera la reprise. Il y a des mois, nous avons lancé notre plan pour sauver les PME. Et ce n’est qu’une partie du plan global de deuxième vague dont l’Ontario a désespérément besoin.

Avec mes collègues, nous continuerons d’honorer notre engagement envers les Ontariennes et Ontariens non seulement de s’opposer de manière constructive, mais de proposer des voies nouvelles et innovantes vers le succès pour tous.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, MPP / député Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here