News from the Park

0
Michael Mantha MPP - Queens Park

Without question, these days of this world pandemic are undoubtedly among the most challenging that some of us have ever seen, or might ever experience in our lifetime.  I cannot begin to list all of the stresses, challenges and obstacles that the people of Ontario are having to face.  Few would argue with the blanket statement that at the moment, life kind of sucks for us all, some more so than others.

I can honestly say that, in a very real way, I feel so very honoured to have the opportunity to bring the voices of Northern Ontarians to the Ontario Legislature.  The team I have assembled in my constituency and Queen’s Park offices also whole heartedly embrace this responsibility.  We work hard as a team to effectively represent the people of Algoma-Manitoulin.  American pro football star and coach, Lou Holtz sums it up nicely saying, “I follow three rules: Do the right thing, do the best you can, and always show people you care.”

And let there be no doubt, it is not hard to know what the right thing to do is.   Sometimes the hardest part is actually following through to actually doing the right thing.

Like I said, right now, in general, life sucks.  However, that is not to say that we are in any way defeated.  In fact, as Canadians are known to do, we try to find some sort of silver lining.  One such silver lining is that the overall effects of the pandemic on our society are helping to expose many matters that need attention, such as pandemic and emergency preparedness, the need for much improved broadband infrastructure in Northern Ontario and the vulnerability of our senior population living in long-term care (LTC).

In the earliest of days during the pandemic here in Ontario, the vital role that Personal Service Workers (PSWs) play in caring for our vulnerable loved ones.  When the infection rates in LTC facilities exploded, we expected them to continue performing their duties day after day, with the full knowledge they were exposing themselves and their families at home to the deadly virus.  In the early days they didn’t even have access to necessary personal protective equipment.

For a few, the risk was too great and they felt they had no choice but to quit. It was then that Ontarians began to learn about the employment circumstances that some worked in.  We heard of shortage of workers and mandatory overtime hours.  Employers hired multiple part time workers and paid very low minimum wages to avoid having to pay benefits and hire wages.

Probably most egregiously we learned of huge staff to patient ratios that resulted in patients going day after day without having their basic needs met.  Some were so bad that patients sat for literally hours begging for a drink of water, food or to go to the bathroom.  Patients sat or laid in bed in their own feces and urine, sometimes for days, because the LTC management did not have enough floor staff to provide even the most basic care.  Numerous patients suffered or died from dehydration or malnourishment.

Premier Ford quickly joined the chorus, praising the brave workers for their commitment.  Knowing he needed to do something to keep PSWs on the job, he agreed to pay a temporary “pandemic premium” to PSWs and some other specified frontline workers.  It was clearly the right thing to do, albeit in the short term.

New Democrats reasoned that, not only was raising the wages of PSWs the right thing to do in the short term, but it was the right thing to do on a permanent basis.  That is why my NDP colleague, Sudbury MPP Jamie West, proposed the Support Workers Pay Act. This bill would have permanently raised the wage floor for all PSWs.  This would allow these dedicated and trained workers, who are responsible for the care of our own precious loved ones, to be able to support their own families and not have to worry about putting food on the table.  It made the job safer, more reliable and worthy of their dedication.

But West’s bill was so much more than just a pay raise.  It helped to address the crux of several other issues that are directly related to improving care for our loved ones in LTC.  The bill also called on the Minister of Long-Term Care to develop programs to provide training, education and professional development for all support workers and long-term care staff.  It demanded that the ministry recruit and retain the number of support workers required to deliver adequate and appropriate care; and to ensure support workers are paid while learning on the job.  The Act also established the Support Worker Wage Review Commission so that PSW wages are regularly reviewed and do not fall backwards in the future.

That bill provided the Conservative government with the opportunity to do the right thing.  It was a real opportunity to show Ontario’s PSWs that we care about them as much as they care about our loved ones.  Unfortunately, Premier Ford chose to follow a much different path, and his government voted the bill down.

It seems that, despite Doug Ford’s stated respect and praise of our frontline workers, – as genuine as it may have been – the attraction of the deep pockets of for profit senior care business owners who support Doug Ford was strong enough cause him to reject the path that would have been to the benefit of all.

World renowned psychologist Barry Schwartz says, “When you rely on incentives, you undermine virtues.  Then when you discover that you actually need people who want to do the right thing, those people don’t exist because you’ve crushed anyone’s desire to do the right thing with all these incentives.”  I submit here that Schwartz is spot on.  Doug Ford’s allegiance to incentives offered by big business and wealthy supporters lead him to choose not to do the right thing.  In the end, it is clear that the Ford Conservatives just – don’t – care.

The NDP says it doesn’t have to be this way.  Our Aging Ontarians Deserve the Best released last fall lays out a new, public and non-profit home care and LTC system. It is a detailed plan that offers the home care and long-term care program that our parents and grandparents deserve as they age.  It is a system that helps older adults stay in their own home longer with excellent home and community care to support them.  And, when they’re ready, small nursing home communities that feel just like home.

We can ban greedy profit-driven corporations from the home care and long-term care sector, so every dollar goes into better care, and better living.  We can make sure our parents get care that is responsive to their culture and language.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters.  You can reach my constituency office by email at [email protected] or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député, Algoma-Manitoulin

 

Nouvelles du Parc

Il ne fait aucun doute que les jours que nous vivons durant cette pandémie mondiale sont sans aucun doute parmi les plus difficiles que certains d’entre nous aient jamais vus, ou pourraient jamais vivre de notre vivant. Je ne peux pas commencer à énumérer tous les stress, défis et obstacles auxquels la population de l’Ontario doit faire face. Peu de gens contesteraient l’affirmation générale selon laquelle, pour le moment, la vie est nul pour nous tous, certains plus que d’autres.

Je peux honnêtement dire que, d’une manière très réelle, je me sens très honoré d’avoir l’occasion de faire entendre la voix des Ontariens du Nord à l’Assemblée législative de l’Ontario. L’équipe que j’ai constituée dans ma circonscription et dans le bureau de Queen’s Park assume également de tout cœur cette responsabilité. Nous travaillons fort en équipe pour représenter efficacement la population d’Algoma-Manitoulin. La star du football américain et entraîneur, Lou Holtz résume bien la situation en disant: « Je suis trois règles: faites ce qu’il faut, faites de votre mieux et montrez toujours aux gens que vous vous souciez.

Et qu’il n’y ait aucun doute, il n’est pas difficile de savoir quelle est la bonne chose à faire. Parfois, le plus difficile est de faire ce qu’il faut.

Comme je l’ai dit, en ce moment, en général, la vie est nulle. Cependant, cela ne veut pas dire que nous sommes vaincus de quelque manière que ce soit. En fait, comme les Canadiens sont connus pour le faire, nous essayons de trouver une sorte de lueur d’espoir. L’un de ces aspects positifs est que les effets globaux de la pandémie sur notre société contribuent à révéler de nombreuses questions qui nécessitent une attention particulière, telles que la préparation aux pandémies et aux urgences, le besoin d’une infrastructure pour l’internet nettement améliorée dans le Nord de l’Ontario et la vulnérabilité de notre population âgée en soins de longue durée (SLD).

Depuis le tout début de la pandémie, ici en Ontario, les préposés aux bénéficiaires (PAB) jouent le rôle vital de prendre soin de nos êtres chers vulnérables. Lorsque les taux d’infection dans les établissements de soins de longue durée ont explosé, nous nous attendions à ce qu’ils continuent à s’acquitter de leurs tâches jour après jour, en sachant parfaitement qu’ils s’exposaient eux-mêmes et leurs familles au virus mortel à la maison. Au début, ils n’avaient même pas accès à l’équipement de protection individuelle nécessaire.

Pour quelques-uns, le risque était trop grand et ils estimaient qu’ils n’avaient d’autre choix que d’arrêter. C’est alors que les Ontariennes et Ontariens ont commencé à se renseigner sur les conditions d’emploi dans lesquelles certains travaillaient. Nous avons entendu parler de pénurie de travailleurs et d’heures supplémentaires obligatoires. Les employeurs ont embauché plusieurs travailleurs à temps partiel et ont payé un salaire minimum très bas pour éviter d’avoir à payer des prestations et à embaucher à temps plein.

Le pire que nous ayons appris est par rapport aux ratios de personnel par patient qui ont laissés les patients jour après jour sans que leurs besoins de base soient satisfaits. Certains étaient si mauvais que les patients restaient assis pendant des heures à mendier pour boire de l’eau, manger ou aller aux toilettes. Les patients étaient assis ou couchés dans leur lit dans leurs propres excréments et urines, parfois pendant des jours, car la direction des SLD ne disposait pas de suffisamment de personnel pour fournir les soins les plus élémentaires. De nombreux patients ont souffert ou sont morts de déshydratation ou de malnutrition.

Le premier ministre Ford s’est rapidement joint au chœur, félicitant les courageux travailleurs pour leur engagement. Sachant qu’il devait faire quelque chose pour garder les PAB au travail, il a accepté de payer une « prime pandémique » temporaire aux PBA et à certains autres travailleurs de première ligne. C’était clairement la bonne chose à faire, quoique trop peu trop tard.

Les néo-démocrates ont estimé que non seulement l’augmentation des salaires des PBA était la bonne chose à faire à court terme, mais que c’était la bonne chose à faire de façon permanente. C’est pourquoi mon collègue néo-démocrate, le député provincial de Sudbury, Jamie West, a proposé la Loi sur la rémunération des travailleurs de soutien. Ce projet de loi aurait augmenté de façon permanente le plancher salarial pour tous les PBA. Cela permettrait à ces travailleurs dévoués et formés, qui sont responsables des soins de nos précieux êtres chers, de pouvoir subvenir aux besoins de leur propre famille et de ne pas avoir à se soucier de mettre de la nourriture sur la table. Cela a rendu le travail plus sûr, plus fiable et digne de leur dévouement.

Mais le projet de loi de West était bien plus qu’une simple augmentation de salaire. Cela aurait aidé à résoudre le nœud de plusieurs autres problèmes qui sont directement liés à l’amélioration des soins prodigués à nos proches en SLD. Le projet de loi demandait également au ministre des Soins de longue durée d’élaborer des programmes de formation, d’éducation et de perfectionnement professionnel pour tous les travailleurs de soutien et le personnel des soins de longue durée. Il aurait exigé que le ministère recrute et retienne le nombre de travailleurs de soutien nécessaire pour fournir des soins adéquats et appropriés; et s’assurer que les travailleurs de soutien soient payés tout en apprenant sur le tas. La loi aurait également créé la Commission d’examen des salaires des travailleurs de soutien afin que les salaires des PBA soient régulièrement révisés et ne diminuent pas à l’avenir.

Ce projet de loi aurait donné au gouvernement conservateur l’occasion de faire ce qu’il fallait. C’était une réelle occasion de montrer aux PBA de l’Ontario que nous nous soucions d’eux autant qu’ils se soucient de nos proches. Malheureusement, le premier ministre Ford a choisi de suivre une voie très différente et son gouvernement a rejeté le projet de loi.

Il semble que, malgré le respect et les éloges déclarés de Doug Ford envers nos travailleurs de première ligne, – aussi sincère soit-elle – l’attrait des poches profondes des propriétaires d’entreprises de soins pour personnes âgées à but lucratif qui soutiennent Doug Ford était assez fort pour le pousser à rejeter le chemin qui aurait été au bénéfice de tous.

Le psychologue de renommée mondiale Barry Schwartz déclare: « Lorsque vous comptez sur les incitations, vous sapez les vertus. Ensuite, lorsque vous découvrez que vous avez réellement besoin de personnes qui veulent faire la bonne chose, ces personnes n’existent pas parce que vous avez écrasé le désir de quiconque de faire la bonne chose avec toutes ces incitations. » Je soumets ici que Schwartz a parfaitement raison. L’allégeance de Doug Ford aux incitations offertes par les grandes entreprises et les riches partisans l’amène à choisir de ne pas faire la bonne chose. En fin de compte, il est clair que les conservateurs de Ford s’en moquent.

Le NPD dit qu’il ne doit pas en être ainsi. Le plan du NPD pour améliorer les soins de longue durée et les soins à domicile, publié l’automne dernier, présente un nouveau système public et sans but lucratif. Il s’agit d’un plan détaillé qui offre le programme de soins à domicile et de soins de longue durée que nos parents et grands-parents méritent à mesure qu’ils vieillissent. C’est un système qui aide les personnes âgées à rester chez elles plus longtemps avec d’excellents soins à domicile et en milieu communautaire pour les soutenir. Et, quand elles seront prêtes, il y aura aussi de petites communautés de foyers de soins qui feront sentir leurs résidents comme à la maison.

Nous pouvons interdire aux entreprises avides de profit du secteur des soins à domicile et des soins de longue durée de continuer à agir dans le secteur, de sorte que chaque dollar soit consacré à de meilleurs soins et à une meilleure vie. Nous pouvons nous assurer que nos parents reçoivent des soins adaptés à leur culture et à leur langue.

Comme toujours, n’hésitez pas à contacter mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP / député, Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here