News from the Park: Is the glass half empty or half full?

0

Life is more enjoyable and significantly easier in many ways if you are a glass half full kind of person.  The meaning of the question, “Is the glass half empty or half full?” is a common proverbial phrase that delineates peoples’ outlook to be either optimistic (half full) or pessimistic (half empty).  It is a simplistic description of a person’s worldview.  Optimists look at the glass and think, thank goodness there is still water for us to drink.  Pessimists, on the other hand, look at the half measure and determine that it is insufficient.

If asked, most people say they prefer to be in the company of glass half full people because optimists try to focus on the bright side of things. Such people are preferred because the hopeful optimist experience less overall stress, even when things are not looking up and situations are troublesome.  But that is not to say that optimists don’t face obstacles.  That would be a ludicrous statement.  The advantage they have over pessimists is that since they experience less stress than pessimists, they are better able to cope and respond to obstacles that pop up and find ways to get around or overcome negative situations.  The result is that optimists feel confident they will find a way to improve situations.  Scientists have proven that optimistic people overall experience healthier, happier and more successful lives.

As we all know, however, few things in life are strictly either – or.  Put simply, the key to success is to balance your outlook.

Speaking personally, I endeavour to have a glass half full overall attitude.  I fully admit that I often do see things from a negative perspective – especially in those situations where some one or some thing is likely to suffer a negative or even dangerous experience.  That’s why I enjoy my role as an MPP so much.  I have the opportunity to bring the voices of the people I represent and try to make things right.  The people of Algoma-Manitoulin would be ill served if my view was limited to just half full or just half empty.  Balance is the key.

A perfect example of the need for balance can be readily demonstrated by following the lopsided path that Premier Ford has led this province down in handling this ongoing pandemic.

It is clear not only to my NDP colleagues and I, but to an ever-growing list of medical and public health officials, municipal leaders and many others that Doug Ford has walked us into this lockdown with eyes wide open.  While experts were warning him of explosive growth of more infectious and more deadly variants, he cancelled public health protections.  He marched us right into grave danger.  My heart is with people fearing for their family’s health, and already struggling with isolation or loss of income.  I’m incredibly worried about workers and local businesses that are barely holding on.

It should never have come to this.  The third wave didn’t have to be this horrific.

Despite clear warnings from the government’s own advisors, Premier Doug Ford walked Ontario into a third wave of COVID-19.  Ontario’s Science Table warned Ford to take action in February, but instead he falsely claimed “things were looking a little rosy.”

On April 1st, Dr. Adalsteinn Brown of Ontario’s Science Table on rising ICU admissions stated that the ICU “is a place where clinicians have to make hard decisions you would never want them to have to make…you will see loss of life.”

Dr. Peter Juni, also a member of Ontario’s Science Table, stated March 17th, “To make it without a renewed lockdown in the situation we’re in, that’s next to impossible, unless a miracle occurs.  This is not about miracles.  This is about biology and epidemiology here.

And on February 11th Dr. Brown warned Premier Ford that, “The cases will likely rise given the variants of concern.”

These medical specialists were not being pessimistic.  They were instead being realistic.

Doug Ford must have dove into his treasure chest from younger days to find his rose coloured glasses to wear because his responses clearly indicate he was oblivious of the warnings emanating from his one Science Table professionals.  His responses were:

April 1: “We’re throwing everything we have at the virus.”  (Everything but sick days and the covid-19 reserves from the federal government months ago.)

Feb. 22: “Rather than always looking at doom and gloom, ‘the world is coming to an end’—we must be doing something right, because per 100,000 active cases, Ontario has the lowest outside the Maritime province.  There must be something going in the right direction here.”  (If that were true, why are Ontario’s infection and ICU numbers skyrocketing?)

Feb. 16: “We were able to bring the numbers down.  ICU units are actually going down, the capacity that is there right now.  The numbers are going down.”

The Conservative’s consistent downplay and denial is a key factor in explaining how Ontarians got into this ever growing mess.  It should never have gone off the rails like is has today.  The lockdown which public health officials and Ontarians alike have been calling for has come far too late.  The public health measures fall short of what many experts have been calling for all along.  Doug Ford’s delays and inaction have only served to prolong peoples’ suffering. Premier Ford has donned his rose-coloured glasses for far too long.

The government is providing Ontarians with mixed messages and outright confusing directives.  In a nutshell; there are no financial supports for small businesses; there are no paid sick days, there is no comprehensive testing in essential workplaces; there is no cap on class sizes so kids can social distance in schools.  And there is no comprehensive plan to get the vaccine to essential workers and no paid time off to get the shot.

This approach failed Ontarians before and I am fearful it will fail again.  New Democrats have been desperately trying to help the government grasp the reality of the situation and have been offering as many positive proposals as possible.  Alas, it seems those who play political games turn their backs, not only on workable, detailed plans but as well coldly turn their backs on all Ontarians.

Ontarians deserve a leader who has a positive and confident outlook. But they need a leader who also can balance his glass half full/half empty outlook with stark realities.  We need a leader who listens to professional advisors to help him see things from a balanced and realistic point of view.  A leader who puts the health, safety and needs of the people first and disregards politics and rewarding deep pocketed supporters.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters.  You can reach my constituency office by email at [email protected] or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député, Algoma-Manitoulin

Nouvelles du parc: Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein?

La vie est plus agréable et beaucoup plus facile à bien des égards si vous voyez le verre à moitié plein et non à moitié vide. Le sens de la question: « Le verre est-il à moitié vide ou à moitié plein? » est une phrase proverbiale courante qui décrit la vision des gens d’être optimiste (à moitié plein) ou pessimiste (à moitié vide).  Les optimistes regardent le verre et pensent, Dieu merci, il reste encore de l’eau à boire. Les pessimistes, quant à eux, regardent la demi-mesure et déterminent qu’elle est insuffisante.

Si on leur demande, la plupart des gens disent qu’ils préfèrent être en compagnie de personnes optimistes qui essaient de se concentrer sur le bon côté des choses. Ces personnes sont préférées parce que les optimistes pleins d’espoir éprouvent moins de stress global, même lorsque les choses ne s’améliorent pas et que les situations sont gênantes. Mais cela ne veut pas dire que les optimistes ne sont pas confrontés à des obstacles. Ce serait une déclaration ridicule. L’avantage qu’ils ont sur les pessimistes est que, comme ils subissent moins de stress que les pessimistes, ils sont meilleur pour faire face et de réagir aux obstacles qui surgissent et de trouver des moyens de contourner ou de surmonter des situations négatives. Le résultat est que les optimistes sont convaincus qu’ils trouveront un moyen d’améliorer les situations. Les scientifiques ont prouvé que les personnes optimistes ont globalement une vie plus saine, plus heureuse et plus réussie.

Comme nous le savons tous, cependant, peu de choses dans la vie sont strictement l’un ou l’autre. En termes simples, la clé du succès est d’équilibrer nos perspectives.

En parlant personnellement, je m’efforce d’avoir une attitude –verre à moitié plein. J’admets pleinement que je vois souvent les choses d’un point de vue négatif – en particulier dans les situations où quelqu’un ou quelque chose est susceptible de subir une expérience négative ou même dangereuse. C’est pourquoi j’apprécie tant mon rôle de député. J’ai l’occasion de faire entendre la voix des personnes que je représente et d’essayer de faire les choses correctement. Les gens d’Algoma-Manitoulin seraient mal servis si ma vue était limitée à moitié pleine ou à moitié vide. L’équilibre est la clé.

Un exemple parfait de la nécessité d’un équilibre peut être facilement démontré en suivant le chemin déséquilibré que le premier ministre Ford a conduit cette province dans la gestion de cette pandémie continue.

Il est clair non seulement pour mes collègues néo-démocrates et moi, mais pour une liste sans cesse croissante d’agents médicaux et de santé publique, de dirigeants municipaux et de nombreux autres que Doug Ford nous a conduits dans ce confinement  les yeux grands ouverts. Alors que les experts l’avertissaient de la croissance explosive de variantes plus infectieuses et plus mortelles, il a annulé les protections de la santé publique. Il nous a conduits droit dans un grave danger. Mon cœur est avec des gens qui craignent pour la santé de leur famille et qui luttent déjà contre l’isolement ou la perte de revenus. Je suis extrêmement inquiet pour les travailleurs et les entreprises locales qui tiennent à peine.

Cela n’aurait jamais dû en arriver là. La troisième vague n’avait pas besoin d’être aussi horrible.

Malgré les avertissements clairs des propres conseillers du gouvernement, le premier ministre Doug Ford a propulsé l’Ontario dans une troisième vague de COVID-19. La Table des sciences de l’Ontario a averti Ford d’agir en février, mais il n’a pas agit.

Le 1er avril, le Dr Adalsteinn Brown de la Table des sciences de l’Ontario sur l’augmentation des admissions aux USI a déclaré que l’USI « est un endroit où les cliniciens doivent prendre des décisions difficiles que vous ne voudriez jamais qu’ils aient à prendre … vous verrez des pertes de vie.»

Le Dr Peter Juni, également membre de la Table des sciences de l’Ontario, a déclaré le 17 mars: «Pour y arriver sans un nouveau confinement  dans lequel nous nous trouvons, c’est pratiquement impossible, à moins qu’un miracle ne se produise. Il ne s’agit pas de miracles. Il s’agit ici de biologie et d’épidémiologie. »

Et le 11 février, le Dr Brown a averti le premier ministre Ford que « les cas vont probablement augmenter étant donné les variantes préoccupantes.»

Ces médecins spécialistes n’étaient pas pessimistes. Ils étaient plutôt réalistes.

Doug Ford a dû plonger dans son coffre au trésor depuis son plus jeune âge pour trouver ses lunettes roses à porter car ses réponses indiquent clairement qu’il était inconscient des avertissements émanant de ses professionnels de la Science. Ses réponses ont été:

1er avril: “Nous lançons tout ce que nous avons contre le virus.” (Tout sauf les jours de maladie et les réserves covid-19 du gouvernement fédéral il y a des mois.)

22 février: « Plutôt que de toujours avoir humeur morose et dépressive, nous devons faire quelque chose de bien, car pour 100 000 cas actifs, l’Ontario a le plus bas à l’extérieur de la province des Maritimes. Il doit y avoir quelque chose qui va dans la bonne direction ici. (Si cela était vrai, pourquoi le nombre d’infections et de soins intensifs en Ontario monte-t-il en flèche?)

16 février: « Nous avons pu réduire le nombre de cas. Les unités de l’USI diminuent en fait, la capacité qui existe actuellement. Les cas diminuent»

La minimisation constante et le déni des conservateurs sont un facteur clé pour expliquer comment les Ontariennes et Ontariens se sont retrouvés dans ce gâchis toujours croissant. Il n’aurait jamais dû dérailler comme c’est le cas aujourd’hui. Le confinement que les responsables de la santé publique et les Ontariens ont réclamé est arrivé beaucoup trop tard. Les mesures de santé publique sont en deçà de ce que de nombreux experts réclament depuis le début. Les retards et l’inaction de Doug Ford n’ont fait que prolonger la souffrance des peuples. Le premier ministre Ford a enfilé ses lunettes roses pendant bien trop longtemps.

Le gouvernement transmet aux Ontariennes et Ontariens des messages contradictoires et des directives totalement déroutantes. En un mot; il n’y a pas de soutien financier pour les petites entreprises; il n’y a pas de jours de maladie payés, il n’y a pas de tests complets dans les lieux de travail essentiels; il n’y a pas de limite sur la taille des classes afin que les enfants puissent s’éloigner socialement dans les écoles. Et il n’y a pas de plan global pour faire parvenir le vaccin aux travailleurs essentiels et pas de temps libre rémunéré pour se faire vacciner.

Cette approche a déjà échoué et j’ai peur qu’elle échoue à nouveau. Les néo-démocrates tentent désespérément d’aider le gouvernement à saisir la réalité de la situation et ont fait le plus de propositions positives possible. Hélas, il semble que ceux qui jouent à des jeux politiques tournent le dos, non seulement à des plans réalisables et détaillés, mais tournent aussi froidement le dos à tous les Ontariens.

Les Ontariennes et Ontariens méritent un leader qui a une attitude positive et confiante. Mais ils ont besoin d’un leader qui puisse également équilibrer son verre à moitié plein / à moitié vide avec des réalités austères. Nous avons besoin d’un leader à l’écoute de conseillers professionnels pour l’aider à voir les choses d’un point de vue équilibré et réaliste. Un leader qui accorde la priorité à la santé, à la sécurité et aux besoins de la population et qui ne tient pas compte de la politique et qui récompense les partisans aux poches profondes.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha MPP/député, Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here