Michael Mantha: News from the Park – Bill 272

0

How many times have you heard someone say to you, “It takes all kinds?”  Such a phrase usually follows a situation or story about someone who thinks or does something that is out of the ordinary.  Generally speaking, the phrase is usually used in a derogatory way.  In truth, however, in order for this old world to work, we really do need to have all kinds.  We need to have, and should embrace all kinds.

I frequently look back to my experience as a youth in school.  I’m thankful to say that I was fortunate enough to have had all kinds of teachers.  Some strict, some fun, academic, practical, accepting, challenging, encouraging and so on.  The last thing our education system needs is exposing our children to a steady stream of teachers who focus their lessons and structure only on academic performance.  Our children need to have a balance in exposure to different types of teachers that have a variety of styles and focuses.  But, the one thread that must be evident in all, however, is a desire to help all children learn and grow, no matter who they are or what their backgrounds are.

The same philosophy is applicable in the political world as well.  A democracy with an array of politicians and leaders who demonstrate a wide variety of styles, skills, and priorities is optimum.  But, just as in education, there needs to be a strong and meaningful thread.  Elected officials must have making lives of all of their constituents better as their main goal.  We must endeavour to work for the benefit of all people, not just a chosen or preferred segment.

In the last election, Doug Ford pledged his eternal allegiance to the little guy; a trait that is truly appealing to the masses as most of us feel we can identify with this at some level.  Personally speaking, in all honesty, even as an elected politician, I certainly can identify with the little guys in Algoma-Manitoulin.  When I talk or meet with constituents I always endeavour to try to see and, if possible, understand things from their perspective.  I can and do identify with Joe Canada because, as the old commercial said, “I am Joe” too.

I wish I could say the same for Premier Ford and those whom he has placed in positions of power all around him.  If Doug Ford truly could identify with the little guy, he could not possibly have chosen many of his actions or in some cases, inactions.

For example, consider the huge segment of our population who are diagnosed as diabetic.  It has been estimated that 1 in 16 Canadians are diabetic.  Actually the ratio is likely significantly higher as so many people go undiagnosed for years.  My office receives many calls and letters requesting improved benefits for diabetic patients.  For years, the Canadian Diabetes Association has advocated for diabetics who struggle to pay for expensive monitoring devices, which provide real-time analysis of blood sugar levels and are therefore critical to maintaining optimum health for those with Type 1 Diabetes.  In an effort to provide relief for these people, the NDP proposed Bill 272 which would add glucose and flash monitoring devices to Ontario’s Assistive Devices Program (ADP).  Having such devices would mean a better quality of life for adults living with Diabetes, and fewer tears for kids living with the disease, doing away with the need for finger pricks.  They would make monitoring one’s blood sugar easier so that people can make real-time adjustments to their diets and medication, thus increasing the quality of life and possible lifespan.

This month the Ford Conservatives chose to forego an opportunity to help thousands of Ontarians by rejecting the bill in its entirety, thus forcing thousands of diabetics to needlessly continue to face ongoing struggles.  How is this showing care and compassion for the little guy?

In an even more timely example that hits close to home, just days ago, Ontarians were shocked to learn that Greyhound Bus Lines is closing its operations across Canada permanently.  Thousands of Ontarians who depend on Greyhound, especially many who live in the rural areas or the North, will be literally stranded, and once again, leaving them left far behind.  Our university and college students are being denied an affordable way to get between home and school.  Our seniors who need to get to medical appointments or to be reunited with their grandkids once this pandemic nightmare is over are having their independence stripped.  These regular folks all need and deserve a reliable, affordable inter-city transit solution.

The Liberals and Conservatives have already cut and limited other transit options — like the Northlander — and Doug Ford needs to tell us how he’s going to fill the massive gap left behind.  Regional transportation is an essential service.  It should not be left up to a for-profit corporation.

Those readers who follow such matters know that New Democrats have long been calling for the expansion of the province’s two existing public regional transportation companies, GO and Ontario Northland.  Now is the time to do it.  We will have to see how much Doug Ford can identify with those who are facing serious transportation issues as a result of Greyhound’s closure.

I firmly believe that it is the duty of elected officials to bring the voice of all constituents to the legislative assembly.  They need to hear what the average family and seniors have to say and truly understand their perspective.  We need leadership who does more than pay lip service to the little guy at election time.  We need a government that is tuned into what is best for all Ontarians rather than rich and influential political supporters with centristic interests.

As always, please feel free to contact my office about these issues, or any other provincial matters.  You can reach my constituency office by email at [email protected] or by phone at 705-461-9710 or Toll free 1-800-831-1899.

Michael Mantha, MPP/député Algoma-Manitoulin


Combien de fois avez-vous entendu quelqu’un vous dire: « Il en faut toutes sortes? » Une telle phrase suit généralement une situation ou une histoire sur quelqu’un qui pense ou fait quelque chose qui sort de l’ordinaire. D’une manière générale, la phrase est utilisée de manière défavorable. En vérité, cependant, pour que ce vieux monde fonctionne, nous avons vraiment besoin de toutes sortes de gens. Nous devons apprendre à apprécier toutes sortes de choses.

Je repense souvent à mon expérience de jeune à l’école. Je suis reconnaissant d’avoir eu la chance d’avoir eu toutes sortes d’enseignants. Certains stricts, certains amusants, académiques, pratiques, acceptants, stimulants, encourageants et ainsi de suite. La dernière chose dont notre système éducatif a besoin est d’exposer nos enfants à un flux constant d’enseignants qui concentrent leurs leçons et leur structure uniquement sur les résultats scolaires. Nos enfants doivent avoir un équilibre dans l’exposition à différents types d’enseignants qui ont une variété de styles et de centres d’intérêt. Mais, le seul fil conducteur qui doit être évident pour tous, cependant, est le désir d’aider tous les enfants à apprendre et à grandir, quels que soient leur identité ou leurs origines.

La même philosophie est également applicable dans le monde politique. Une démocratie avec un éventail de politiciens et de dirigeants qui démontrent une grande variété de styles, de compétences et de priorités est optimale. Mais, tout comme dans l’éducation, il doit y avoir un fil conducteur solide et significatif. Les élus doivent avoir pour objectif principal d’améliorer la vie de tous leurs électeurs. Nous devons nous efforcer de travailler pour le bénéfice de tous, pas seulement pour un segment choisi ou préféré.

Lors de la dernière élection, Doug Ford a prêté serment d’allégeance aux gens ordinaires; un trait qui est vraiment attrayant pour les masses car la plupart d’entre nous sentons que nous pouvons nous identifier à cela à un certain niveau. Personnellement, en toute honnêteté, même en tant que politicien élu, je peux certainement m’identifier aux gens d’Algoma-Manitoulin. Lorsque je parle ou que je rencontre des électeurs, je m’efforce toujours d’essayer de voir et, si possible, de comprendre les choses de leur point de vue. Je peux m’identifier à monsieur et madame tout le monde, parce que c’est aussi moi.

J’aimerais pouvoir dire la même chose du premier ministre Ford et de ceux qu’il a placés à des postes de pouvoir tout autour de lui. Si Doug Ford pouvait vraiment s’identifier aux gens ordinaires, il n’aurait pas pu agir de la façon dont il l’a fait.

Par exemple, considérons l’énorme segment de notre population qui est diagnostiqué comme diabétique. On estime qu’un Canadien sur 16 est diabétique. En fait, le ratio est probablement beaucoup plus élevé, car de nombreuses personnes ne sont pas diagnostiquées pendant des années. Mon bureau reçoit de nombreux appels et lettres demandant de meilleures prestations pour les patients diabétiques. Pendant des années, l’Association canadienne du diabète a plaidé pour les diabétiques qui ont du mal à payer pour des appareils de surveillance coûteux, qui fournissent une analyse en temps réel de la glycémie et sont donc essentiels au maintien d’une santé optimale pour les personnes atteintes de diabète de type 1. Dans un effort pour soulager ces personnes, le NPD a proposé le projet de loi 272 qui ajouterait des appareils de surveillance du glucose au Programme d’appareils fonctionnels (PAAF) de l’Ontario. Avoir de tels appareils signifierait une meilleure qualité de vie pour les adultes atteints de diabète et moins de larmes pour les enfants atteints de la maladie, éliminant ainsi le besoin de piqûres aux doigts. Ils faciliteraient la surveillance de la glycémie afin que les gens puissent ajuster en temps réel leur régime alimentaire et leurs médicaments, augmentant ainsi la qualité de vie et l’espérance de vie possible.

Ce mois-ci, les conservateurs de Ford ont choisi de renoncer à l’occasion d’aider des milliers d’Ontariennes et d’Ontariens en rejetant le projet de loi dans son intégralité, obligeant ainsi des milliers de diabétiques à continuer inutilement à faire face à des luttes continues. Comment est-ce que cela montre de l’attention et de la compassion pour les gens ordinaires?

Dans un exemple encore plus opportun qui frappe près de chez nous, il y a quelques jours à peine, les Ontariennes et Ontariens ont été choqués d’apprendre que Greyhound Bus Lines ferme définitivement ses opérations partout au Canada. Des milliers d’Ontariennes et d’Ontariens qui dépendent de Greyhound, surtout ceux qui vivent dans les régions rurales ou dans le Nord, seront littéralement bloqués et, encore une fois, les laisseront loin derrière. Nos étudiants universitaires et collégiaux se voient refuser un moyen abordable de se déplacer entre la maison et l’école. Nos aînés qui ont besoin de se rendre à des rendez-vous médicaux ou de retrouver leurs petits-enfants une fois ce cauchemar pandémique terminé, voient leur indépendance disparaitre. Ces gens ordinaires ont tous besoin et méritent une solution de transport en commun interurbain fiable et abordable.

Les libéraux et les conservateurs ont déjà réduit et limité d’autres options de transport en commun – comme le Northlander – et Doug Ford doit nous dire comment il va combler l’énorme vide laissé pour compte. Le transport régional est un service essentiel. Cela ne devrait pas être laissé à une compagnie à but lucratif.

Les lecteurs qui suivent ces dossiers savent que les néo-démocrates réclament depuis longtemps l’expansion des deux sociétés de transport public régionales existantes de la province, GO et Ontario Northland. C’est le moment de le faire. Nous devrons voir dans quelle mesure Doug Ford peut s’identifier à ceux qui sont confrontés à de graves problèmes de transport à la suite de la fermeture de Greyhound.

Je crois fermement qu’il est du devoir des élus de faire entendre la voix de tous les électeurs à l’Assemblée législative. Ils ont besoin d’entendre ce que la famille moyenne et les personnes âgées ont à dire et de vraiment comprendre leur point de vue. Nous avons besoin d’un leadership qui ne se contente pas de saluer le petit gars en période électorale. Nous avons besoin d’un gouvernement qui est à l’écoute de ce qui est le mieux pour tous les Ontariens plutôt que des partisans politiques riches et influents ayant des intérêts centralisateurs.

Comme toujours, n’hésitez pas à communiquer avec mon bureau au sujet de cette chronique ou de toute autre question provinciale. Vous pouvez joindre mon bureau de circonscription par courriel à [email protected] ou par téléphone au 705-461-9710 ou sans frais au 1-800-831-1899.

Michael Mantha, MPP / député Algoma-Manitoulin

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here